Assemblée parlementaire de l'OTAN
Facebook
Twitter
Delicious
Google Buzz
diggIt
RSS

Washington/Bruxelles, 26 juillet 2016 - « Je condamne énergiquement l’assassinat barbare d’un prêtre commis ce matin dans la paroisse de Saint-Etienne-du-Rouvray, en Normandie », a déclaré le président de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN, Michael R. Turner (États-Unis). « Par cet acte, les terroristes de Daech veulent attiser les haines confessionnelles, nous diviser et monter nos communautés les unes contre les autres. »
Washington/ Bruxelles, le 16 juillet 2016 - "Les pays de l'OTAN sont liés entre eux par leur engagement commun envers la démocratie et l'Etat de droit. Cela comprend les institutions élues via un processus démocratique et la subordination des forces armées à celles-ci", a déclaré hier le président de l'Assemblée, Michael R. Turner.
15 juillet 2016, Washington / Bruxelles - Le président de l’AP-OTAN, Michael Turner (États-Unis) a fermement condamné l’attaque terroriste perpétrée à Nice pendant les célébrations de la fête nationale française. « L’horrible attentat commis contre une population innocente qui fêtait le 14 juillet à Nice la nuit dernière est une attaque dirigée contre les valeurs partagées au sein de nos sociétés » a déclaré M. Turner. « Ces actes de terreur ne font que renforcer notre sens de la solidarité et notre détermination commune à défendre ces valeurs ».
Varsovie, le 8 juillet 2016 - Le président de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN, Michael R. Turner (États-Unis), s’est adressé aujourd’hui aux dirigeants alliés lors du sommet que l’OTAN tiendra à Varsovie. Depuis 1997, chaque président de l’Assemblée est invité à exposer les principaux sujets de préoccupation et recommandations de cette institution à l’occasion des rencontres au sommet des chefs d’État et de gouvernement des pays membres de l’OTAN.
Athènes, le 30 juin 2016 – La Grèce accueille actuellement sur son territoire plus de 57 000 réfugiés, pris entre deux feux : la route du nord leur demeurant fermée, ils se voient contraints de choisir entre leur inscription au programme de réinstallation de l’UE et l’introduction d’une demande d’asile auprès des autorités grecques. Athènes a déjà investi plusieurs centaines de millions d’euros dans la construction de camps et dépense plus de 2,5 millions par jour pour la prise en charge de leurs occupants, ont indiqué des responsables grecs à une délégation de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN en visite dans le pays au début de la semaine.


Partager