Assemblée parlementaire de l'OTAN
AccueilSALLE DE PRESSE20115 juillet 2011 - SEMINAIRE DU GSM : LA SECURITE EN MEDITERRANEE RESTE FLUCTUANTE

5 juillet 2011 - AU CŒUR DES DISCUSSIONS DU SEMINAIRE GSM : L'EVOLUTION DE LA SECURITE EN MEDITERRANEE

Facebook
Twitter
Delicious
Google Buzz
diggIt
RSS

La situation au Proche-Orient et en Afrique du Nord est extraordinairement fluctuante, mais l’affirmation massive à travers toute la région du droit de la société civile à la La situation au Proche-Orient et en Afrique du Nord est extraordinairement fluctuante, mais l’affirmation massive à travers toute la région du droit de la société civile à la liberté et à la dignité doit susciter un optimisme prudent. Tel est le principal message qui se dégage d’un séminaire à La Maddalena, en Italie, les 4 et 5 juillet et qui réunissait parlementaires, dirigeants politiques et spécialistes des pays membres, pays associés et pays méditerranéens associés de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN.

La délégation de l’Italie auprès de cette dernière, conduite par Sergio de Gregorio (Sénat), a accueilli et organisé ce séminaire pour le Groupe spécial Méditerranée et Moyen-Orient (GSM) de l’Assemblée, présidé par Vahit Erdem (Turquie). Des membres de la Sous-commission sur la coopération transatlantique en matière de défense et de sécurité, présidée par Sir John Stanley (Royaume-Uni), ont également assisté au séminaire.

Les participants ont passé les événements en revue selon une perspective nationale et régionale. Parmi les orateurs qui se sont adressés à la bonne cinquantaine de parlementaires présents figuraient de hauts responsables italiens, égyptiens et irakiens, ainsi que d’éminents experts de la dynamique régionale. Un officier supérieur d’un commandement de l’OTAN a parlé de l’opération que mène actuellement l’OTAN en Libye. A l’initiative du pays hôte, un responsable iranien avait été invité.

Le vice-ministre des Affaires étrangères d’Egypte chargé des affaires parlementaires, Mohammed Moustafa Kamal, a décrit les progrès que son pays continuait d’accomplir dans l’édification d’un système plus ouvert et plus démocratique. Apprenant qu’une nouvelle Constitution serait vraisemblablement ancrée dans les valeurs démocratiques et dans la charia, certains participants ont laissé entendre que ces principes constitutionnels pouvaient ne pas être complémentaires. Le vice-ministre a souligné que l’Egypte respecterait les engagements et les traités internationaux qu’elle avait conclus, dont l’accord de paix avec Israël. Il est crucial que ce conflit trouve une solution pacifique, a-t-il insisté ; la persistance de la situation lamentable que connaît le peuple palestinien influerait inévitablement sur la future diplomatie égyptienne, produit d’un régime démocratique.

L’adjoint au ministre des Affaires étrangères de la République islamique d’Iran, Ali Ahani, a exposé dans ses grandes lignes le point de vue de son pays sur les récents événements dans la région. Il a déclaré que des « acteurs étrangers à la région » avaient soutenu des régimes immoraux et que de telles pressions engendraient maintenant des désordres ailleurs. L'Iran, a-t-il dit, est une démocratie modèle qui joue un rôle positif dans la région et qui aspire à un monde dénucléarisé, contrairement à certaines insinuations qu'il estime malhonnêtes et mensongères. Il a affirmé que son pays ne possédait pas de missiles d’une portée supérieure à 2 000 kilomètres et qu’il ne chercherait pas à s’en doter.

La teneur de cet exposé iranien sans précédent a été vivement contestée par des membres de l’Assemblée, qui ont parlé des préoccupations auxquelles donnaient lieu divers aspects du comportement et de la rhétorique de Téhéran, dont les menaces sur la sécurité d’Israël, la contrebande nucléaire et les programmes de missiles, le non-respect des obligations souscrites vis-à-vis de l’Agence internationale de l’énergie atomique, la répression brutale des dissidents politiques, le soutien apporté aux groupes extrémistes opérant en Irak et en Afghanistan, ou encore, les droits des femmes. En signe de protestation, la délégation d’Israël a quitté la salle pour la durée de l’exposé.

La situation en Irak a été évoquée par Iyad Allaoui, ancien Premier ministre, et Nechirvan IdrisBarzani, ancien Premier ministre de la région du Kurdistan. M. Allaoui a fait observer que le développement économique et la sécurité en général se faisaient attendre et il a appelé la communauté internationale à maintenir son soutien à l’Irak et, notamment, aux chrétiens irakiens victimes d’attentats intolérables inspirés par le sectarisme.

Rappelant les tragédies qui ont endeuillé la communauté kurde d’Irak, M. Barzani a indiqué que la région se relevait et avait fait de grands pas vers l’instauration d’un ordre démocratique placé sous le signe de la paix et de la sécurité. Il a également précisé que les Kurdes d’Irak ne souhaitaient pas la création d’un Etat distinct et qu’ils continueraient à travailler de leur plein gré à l’intérieur d’un Irak fédéré.

Durant la seconde journée du séminaire, l’amiral Samuel J. Locklear, qui commande l’Allied Joint Force Command (Naples), les US Naval Forces, Europe et les US Naval Forces, Africa, a procédé à un tour d’horizon de ses vastes responsabilités, au nombre desquelles figure l’opération Unified Protector, en Libye. Il a rejeté les affirmations selon lesquelles les forces de l’OTAN prenaient pour cibles certains individus et a estimé que la destruction des moyens dont disposaient les autorités de Tripoli pour menacer la population contribuerait à créer les conditions d’une solution politique. Il a souligné à quel point il était important que les gouvernements des pays de l’OTAN continuent à soutenir l’opération.

Les parlementaires ont également discuté des origines sociales, économiques, politiques et démographiques des soulèvements populaires avec Tarik Youssef, de la Dubai School of Government, et Maha Azzam, du Royal Institute of International Affairs. Antonello Cabras (Sénat, Italie) a présenté un avant-projet du rapport annuel du GSM, et deux vice-ministres italiens, Giuseppe Cossiga et Stefania Craxi, ont parlé, respectivement, du dispositif de défense et des mécanismes diplomatiques de leur pays dans la région.

Un compte rendu détaillé des travaux du séminaire sera disponible sous peu.

 

 

Partager