➡️Président(e)s et membres de la commission
➡️Président(e)s et membres de la sous-commission sur la transition et le développement (ESCTD)
➡️Président(e)s et membres de la sous-commission sur les relations économiques transatlantiques (ESCTER)
Directeur de la commission  :  Paul Cook, Ph.D.


RAPPORTS 2024 ⤵️

    1. Rapport général ESC : 
      Commerce, réglementation, société et sécurité nationale : les quatre défis des technologies à double usage d’importance névralgique 
      Harriett BALDWIN (Royaume-Uni)
    2. Projet de rapport ESCTD :
      Le point sur l’économie du temps de guerre en Russie
      Tamas HARANGOZO (Hongrie)
    3. Projet de rapport ESCTER :
      Bâtir avec l’Asie un partenariat économique et stratégique transatlantique fondé sur des valeurs
      Neal Patrick DUNN (États-Unis)

    Depuis sa création, en 1955, l’Assemblée parlementaire de l’OTAN invoque l’article 2 du Traité de l’Atlantique nord, qui encourage explicitement l’élimination des conflits dans les relations économiques internationales et la collaboration économique entre Alliés. Aussi l’une de ses commissions s’est-elle toujours consacrée à l’étude des questions économiques qui peuvent ne pas figurer au cœur du programme de l’OTAN, mais qui n’en revêtent pas moins, aux yeux des parlementaires, une importance vitale pour la communauté atlantique des nations. Les domaines de compétencede la commission de l’économie et de la sécurité englobent :

    1. les relations économiques transatlantiques, y compris les échanges, le commerce, la sécurité de la chaîne d’approvisionnement et les investissements ;
    2. les questions internationales de macroéconomie, de monnaie et de taux de change et les questions de réglementation et de concurrence présentant de l’importance pour les relations transatlantiques ;
    3. la transition et le développement économiques en Europe centrale et orientale, dans le Caucase, en Asie centrale et au Moyen-Orient, y compris les questions telles que la conversion des industries de défense, la privatisation, la corruption, la réforme monétaire et financière, les conséquences environnementales de la transition économique, l’État de droit et la croissance inclusive ;
    4. la sécurité énergétique, y compris les secteurs économiques des pays de l’Alliance et des pays partenaires plus particulièrement vulnérables à d’éventuelles interruptions ou perturbations des approvisionnements, les incidences économiques des prix de l’énergie et les politiques et stratégies nécessaires pour prévenir ou gérer les interruptions des approvisionnements ;
    5. le développement et la sécurité économiques, y compris la reconstruction d’après conflit, le rôle des femmes dans la stabilisation et le développement après un conflit, ainsi que les liens entre les échanges, le développement et la sécurité ;
    6. les aspects économiques de la défense, parmi lesquels les dépenses de défense, l’industrie de la défense, le partage des charges, les vulnérabilités de la chaîne d'approvisionnement, les technologies à double usage et le commerce lié à la défense ;
    7. les conséquences économiques du terrorisme, et les moyens économiques et financiers de lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée ;
    8. les conséquences pour les pays de l’Alliance des accords et politiques commerciaux et financiers internationaux, notamment ceux de l’Organisation mondiale du commerce, du G8, du Fonds monétaire international, de la Banque mondiale, de l’Union européenne et de l’Accord de libre-échange nord-américain ;
    9. les sanctions commerciales utilisées comme outils de politique étrangère et de sécurité ;
    10. la coopération pratique avec des institutions telles que l’OCDE, la Division des affaires économiques de l’OTAN et la Banque mondiale ;
    11. certains pays où les politiques économiques et commerciales présentent un intérêt particulier
      (exemples récents : la Chine, la Russie et l’Ukraine).

    Lire aussi

    SEE MORE