Au sommet de l'OTAN qui se tiendra à Madrid (les 29-30 juin 2022), les chefs d'État et de gouvernement adopteront le prochain concept stratégique de l'OTAN. Ce document définit l'orientation générale de l'Alliance et constitue la plus haute orientation stratégique de l'OTAN, après le traité de l'Atlantique Nord

L'Assemblée parlementaire de l'OTAN (AP-OTAN) a contribué ses idées tout au long de la phase de consultation pour l'élaboration du nouveau concept, représentant ainsi les perspectives des législateurs alliés sur les priorités pour l'adaptation de l'OTAN. 

Le 22 février 2022, la Commission permanente, organe directeur de l'AP-OTAN, a adopté une série de recommandations présentées par le président Gerald E. Connolly (États-Unis). Ces recommandations ont été soumises au secrétaire général de l'OTAN et au Conseil de l'Atlantique Nord. Le Président Connolly représentera également l'Assemblée au Sommet de Madrid.  

Cette page présente les principales priorités et recommandations de l'Assemblée. La contribution de l’Assemblée est disponible dans son intégralité ici

POINTS PRINCIPAUX DE LA CONTRIBUTION DE L'ASSEMBLÉE AU CONCEPT STRATÉGIQUE

La position de principe de l'Assemblée est très claire. Le concept stratégique de l'OTAN doit, au minimum, remplir deux objectifs :

Priorité #1 : réaffirmer les valeurs partagées et les principes défendus par l’Alliance
L'OTAN doit placer ses valeurs et principes partagés au cœur du concept stratégique de l'Alliance. L’agression renouvelée et totale ordonnée par le président Poutine contre l'Ukraine est une attaque flagrante contre les principes les plus fondamentaux qui sous-tendent l'ordre international depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, principes auxquels Moscou avait pourtant librement souscrit. Le président Poutine cherche à anéantir la démocratie ukrainienne, à intimider d'autres pays où brûlent les braises de l'ambition démocratique et, par voie de conséquence, à saper la démocratie partout dans le monde. L'Alliance doit réagir en s'unissant autour de ses valeurs démocratiques communes et de son attachement à l'ordre fondé sur des règles, et en renforçant son engagement à les défendre.

Citation 1

L'IMPACT DE LA GUERRE MENÉE PAR LA RUSSIE CONTRE L'UKRAINE 
La guerre ordonnée de son propre chef par le président Vladimir Poutine contre l'Ukraine a ouvert la plus grave crise de sécurité en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. La contribution de l'Assemblée au concept stratégique a été adoptée à la veille de l'invasion russe. Néanmoins, celle-ci n’a fait que souligner l'importance de nombre des recommandations mises en avant par l’Assemblée, et tout particulièrement la pertinence et l'opportunité de ses deux grandes priorités.

Les démocraties doivent s'unir contre le défi existentiel que représentent les autocraties et les autres partisans internes de l'illibéralisme. Le traité de l'OTAN est très clair : l'OTAN est une alliance de démocraties. Cet engagement fondamental - en faveur de la démocratie, de l'État de droit et de la liberté individuelle - ne peut plus rester purement théorique ou rhétorique. Le concept stratégique 2022 doit mettre en place une architecture formelle au sein même de l'OTAN. Il doit ordonner la création, au sein de l'OTAN, d'un centre pour la résilience démocratique.

Citation 2

CRÉATION D'UN CENTRE OTAN POUR LA RÉSILIENCE DÉMOCRATIQUE
La contribution de l'AP-OTAN invite instamment l'Alliance à créer un centre pour la résilience démocratique au sein du siège de l'OTAN. Ce centre servirait de ressource pour les membres, les partenaires et les candidats, à la demande et sur une base volontaire. Son objectif principal serait de faire office de centre d'échange des meilleures pratiques et d'enrichissement mutuel en matière de normes démocratiques.

Le nouveau concept stratégique doit également réaffirmer les autres valeurs et principes fondamentaux de l'OTAN et prescrire des mesures concrètes pour les renforcer :

Infographic 2Citation 3

L'OTAN doit également consacrer son engagement envers le programme « Femmes, paix et sécurité », car le concept stratégique 2010 ne fait aucunement référence à la contribution égale des femmes à la paix et à la sécurité. 

Priorité #2 : Adapter l’OTAN à la réalité stratégique actuelle 
Le nouveau concept stratégique doit adapter l'OTAN à la réalité géopolitique complexe d'aujourd'hui. Le concept stratégique de 2010 faisait référence à la Russie comme à un partenaire stratégique et ne faisait aucune mention de la Chine. 

Citation 4

L'invasion de la Russie, associée à la rhétorique menaçante et à l'escalade nucléaire inacceptable du président Poutine, montre une fois de plus très clairement que ses actions agressives restent la principale menace pour la sécurité euro-atlantique. L'OTAN doit continuer à ajuster sa posture de dissuasion et de défense et les pays alliés doivent continuer à augmenter leurs dépenses de défense en conséquence. 

Les points de vue des Alliés se sont rapprochés dans leur évaluation du défi que représente la Chine pour la sécurité euro-atlantique et pour l'ordre fondé sur des règles. Pour la première fois, la Chine a rejoint la Russie dans son opposition déclarée à l'élargissement de l'OTAN. L'OTAN doit transcrire dans le nouveau concept stratégique les axes principaux d'une politique commune à l'égard de la Chine : intéragir dans tous les domaines où cette interaction est possible, concurrencer la Chine pour préserver l'avantage et l'indépendance de l'Alliance, et dissuader lorsque les intérêts de sécurité des Alliés sont en péril.

Citation 5

Le terrorisme, dans toutes ses manifestations, reste une menace claire et concrète.  L'OTAN doit continuer à soutenir les Alliés dans la lutte contre le terrorisme. 
Comme l'AP-OTAN l'a fait il y a longtemps, le nouveau concept stratégique doit reconnaître l'impact complexe du changement climatique sur la sécurité et les forces armées des Alliés. 
Pour répondre à ces menaces et à ces défis, le concept doit :   

  1. réaffirmer que la défense collective et la dissuasion, telles qu'elles sont consacrées à l'article 5, restent la mission essentielle de l'OTAN et adapter ces concepts à la menace actuelle de la Russie et aux menaces mondialisées d'aujourd'hui ; 
  2. réaffirmer l'importance de la dissuasion nucléaire, en tant que garantie ultime de la sécurité des Alliés, tout en continuant à soutenir la maîtrise des armements, le désarmement et la non-prolifération en tenant compte de l'environnement de sécurité du moment ; 
  3. souligner l'importance d'institutions, de sociétés et d'infrastructures résilientes, qui constituent la première ligne de dissuasion et de défense contre les défis hybrides ; 
  4. renforcer et réformer les partenariats de coopération de l'OTAN, afin qu'ils correspondent mieux aux intérêts et aux valeurs de l'Alliance – des intérêts et valeurs que les partenaires eux-mêmes doivent être encouragés à promouvoir activement – et qu'ils disposent de plus de ressources ; l'Union européenne, en particulier, reste un partenaire unique en son genre et essentiel pour l'OTAN ; 
  5. montrer que l'OTAN est disposée à soutenir à nouveau la gestion de crises à l'avenir et capable de le faire ; dans le même temps, mieux définir les paramètres de ces engagements ; et 
  6. veiller à ce que les Alliés respectent les engagements pris en 2014 de consacrer 2 % du PIB à la défense et 20 % de cette somme à de nouvelles capacités, afin que l'OTAN conserve son avance en matière de technologie et d'innovation. 

TEMPS FORTS DES CONSULTATIONS INTERNES DE L'ASSEMBLÉE ET DES INTERACTIONS AVEC L'OTAN 

Timeline