Le genre et la sécurité

L'Assemblée parlementaire de l'OTAN (AP-OTAN) est déterminée à faire valoir le principe selon lequel les femmes et les hommes sont des partenaires égaux dans la poursuite de la paix et de la sécurité. Le lien intrinsèque entre le genre et la sécurité fait l'objet d'une attention toute particulière à l'Assemblée, notamment depuis 2007, avec la reconnaissance par la commission permanente du rôle important et spécifique que jouent les parlementaires dans la promotion et la mise en œuvre du programme « Femmes, paix et sécurité ».

De grands progrès ont été réalisés dans l'intégration de la dimension de genre que ce soit dans les activités et les politiques de l'Assemblée, les rapports des commissions et les résolutions de l'Assemblée ou les présentations de tout(e) intervenant(e) invité(e) lors des réunions, sessions et séminaires des commissions. Les rapports périodiques du/de la secrétaire général(e) présentés à la commission permanente sur les activités et les thèmes de travail de l'Assemblée comportent systématiquement une section relative à la question du genre et de la sécurité, pour laquelle la commission permanente s’implique activement. Cette procédure a largement contribué à l'intégration progressive de la dimension de genre dans tous les travaux des commissions ainsi que des autres organes de l'Assemblée. 

En outre, à la demande du Bureau, l'AP-OTAN a procédé, entre 2015 et 2017, à un examen complet de la prise en compte du genre dans les politiques et activités de l'Assemblée et de l'équilibre hommes-femmes au sein de l'Assemblée. À la suite de cet effort mené par la vice présidente de l'époque, Angelien Eijsink (Pays-Bas), l'Assemblée a adopté une série de mesures visant à intégrer la dimension de genre dans les travaux de l'Assemblée et à promouvoir une représentation plus équitable des hommes et des femmes parmi les membres et les responsables élus de l'Assemblée. Qui plus est, depuis 2017, l'AP-OTAN publie sur son site un bilan annuel de la prise en compte de la dimension de genre par l'Assemblée, que le ou la secrétaire générale présente à la commission permanente.

Enfin, l'Assemblée prend régulièrement des initiatives sur le thème du genre et de la sécurité, qui jouissent d'une visibilité importante. Par exemple, en 2019, la présidente de l'époque, Madeleine Moon, a organisé des événements lors des sessions de printemps et annuelles de 2019 sur le thème « Les femmes dans la défense ». Ces événements ont permis aux membres de partager leurs points de vue sur la manière de tirer le meilleur parti des possibilités offertes par l'Assemblée. Plus récemment, en octobre 2020, à l'occasion du 20e anniversaire de l'adoption de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies (RCSNU 1325), l'Assemblée organisera un webinaire sur les femmes, la paix et la sécurité en présence d’intervenants de haut niveau.

Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies

L'adoption à l'unanimité par le Conseil de sécurité des Nations unies de la résolution 1325 sur les femmes, la paix et la sécurité, le 31 octobre 2000, a marqué un tournant en direction d’une politique de paix et de sécurité. Celle-ci reconnaît l'impact spécifique des conflits sur les femmes et le rôle essentiel de celles-ci dans le maintien et la promotion de la paix et de la sécurité, la prévention et la résolution des conflits.

L'OTAN a pris des mesures pour promouvoir l'égalité des genres et la participation des femmes au sein de sa propre organisation et structures. Lors du sommet du pays de Galles de 2014, les dirigeants alliés ont soutenu l'intégration d'une perspective de genre dans les trois grandes missions de l'OTAN (défense collective, gestion des crises et sécurité coopérative). Le secrétaire général de l'OTAN a également nommé une nouvelle représentante spéciale qui servira de point focal de haut niveau pour tous les aspects de la contribution de l'OTAN au programme « Femmes, paix et sécurité ». L'Assemblée parlementaire de l'OTAN coopère étroitement et périodiquement avec le bureau du représentant spécial et c’est ainsi que l'ambassadrice Clare Hutchinson, l'actuelle représentante spéciale, a pris contact à de multiples reprises avec les membres de l'Assemblée. 

La commission sur la dimension civile de la sécurité (CDS) a pris les devants pour promouvoir le programme « Femmes, paix et sécurité » au sein de l'AP-OTAN. En 2010, l'Assemblée a adopté la résolution 381 présentée par la commission, appelant à l'incorporation de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies dans les politiques et pratiques de l'OTAN. Lors de sa session annuelle de 2020, l'AP-OTAN et ses membres réitéreront leur engagement sans faille en faveur du lien crucial entre les femmes et la sécurité en adoptant un rapport et une résolution sur ce sujet. 

Qui plus est, en 2011, la commission sur la dimension civile de la sécurité a mené sa première enquête sur la mise en œuvre de la RCSNU 1325 par les parlements membres de l'OTAN. Depuis lors, la commission a publié des enquêtes similaires en 2013, 2015 et 2018, réalisées en coopération avec le Centre pour le contrôle démocratique des forces armées de Genève (DCAF). Ces enquêtes ont suivi une approche originale et novatrice de la question des femmes, de la paix et de la sécurité en dressant la carte de la contribution spécifique au niveau parlementaire à la promotion de ce programme. Ces rapports fournissent des informations actualisées, identifient les défis qui restent à relever et recensent les meilleures pratiques à partager entre les parlements alliés. 

WEBINAIRE: 20e anniversaire de la résolution 1325

Voir plus