Séminaires Rose-Roth & programmes de formation parlementaire

Le programme Rose-Roth est un programme de coopération avec les parlements des pays d’Europe centrale et orientale inauguré en 1990 par les membres du Congrès américain Charlie Rose (alors président de l’Assemblée) et Bill Roth.

Après la chute du mur de Berlin, le but de ce programme était de venir en aide aux pays partenaires d’Europe centrale et orientale pour relever le défi que représentait la mise en œuvre de réformes politiques et économiques difficiles mais nécessaires à un processus de transition démocratique.

Au fil des ans, ce programme a évolué pour mieux tenir compte des nombreux pays non membres de l’OTAN. Aujourd’hui, il aspire à sensibiliser les parlementaires et à tisser des contacts permettant de partager expériences et expertises. Une attention toute particulière est accordée au contrôle démocratique des forces armées et au renforcement du contrôle parlementaire des dépenses militaires et de défense.

Depuis sa création, ce programme a reçu des soutiens financiers généreux de US AID, du centre pour le contrôle démocratique des forces armées de Genève (DCAF), du gouvernement suisse, de l’OTAN, de la Norvège, du Danemark et du parlement du Luxembourg.

Il comprend une série de séminaires qui traitent de questions de sécurité régionale ou thématique ainsi que des programmes de formation pour les parlementaires et des membres du personnel parlementaire.

Les séminaires Rose-Roth

L’AP-OTAN tient deux à trois séminaires Rose-Roth par an. Durant deux à trois jours, les membres des parlements de pays membres et pays partenaires de l’OTAN rencontrent des représentants gouvernementaux, de l’OTAN, d’autres organisations internationales ainsi que des experts universitaires, de groupes de réflexion et d’ONG afin de discuter d’une question de sécurité spécifique d’intérêt commun. Bien qu’à l’origine les séminaires mettaient principalement l’accent sur les relations civilo-militaires, dont le contrôle démocratique des forces armées, ils s’intéressent désormais principalement aux questions de sécurité régionale dans la région euro-atlantique et au-delà. La stabilité dans les Balkans occidentaux, les conflits non-résolus dans le Caucase du Sud, l’Afghanistan, la sécurité en Asie centrale, la sécurité dans l’Arctique font partie des thèmes derniers abordés lors des séminaires.

Les séminaires permettent aux législateurs de se familiariser avec les questions essentielles en matière de sécurité et de défense. Plus important encore, ils se sont avérés être d’excellents outils pour associer et intégrer les parlementaires des pays partenaires aux activités de l’Assemblée. En réunissant des parlementaires de pays de l’OTAN et leurs homologues non-membres, les séminaires Rose-Roth aident à développer des partenariats et une coopération au niveau législatif, ainsi qu’à améliorer la compréhension mutuelle face à des problèmes et perspectives différentes. Ils offrent aussi aux parlementaires des pays de l’OTAN la possibilité d’entendre le point de vue de leurs homologues des pays partenaires et vice-versa. Tout aussi important, les parlementaires des pays partenaires frontaliers se rencontrent dans un contexte favorable à des interactions et discussions informelles. Lorsque les relations entre pays limitrophes sont tendues, les séminaires peuvent fournir une opportunité de dialogue.

La plupart des séminaires sont organisés par les parlements des pays partenaires, ce qui, au sein des délégations, favorise le sentiment d’appartenance aux délibérations et à l’ordre du jour de l’Assemblée et permet d’exposer davantage la société civile dans les pays partenaires de l’OTAN et permet d’aborder des questions de défense et de sécurité plus larges.

Les programmes de formation parlementaire

Le secrétariat de l’Assemblée coordonne un vaste programme de formations, toutes basées à Bruxelles, à l’intention du personnel et des parlementaires des pays membres ou associés de l’Assemblée. Ces programmes visent à prodiguer une expérience et une expertise, notamment à ceux qui travaillent dans les commissions des affaires étrangères et de la défense et sécurité. Les participants sont invités à assister à un certain nombre de briefings au siège de l’Assemblée, à l’OTAN, au SHAPE, au Parlement belge, ainsi que dans différentes institutions de l’Union européenne. 

Ces programmes comprennent :

  • les programmes de formation parlementaire (PTP)
  • le programme d'information sur l'OTAN (NOP)
  • le programme pour les nouvelles délégations (PND)
  • le programme pour les secrétaires de délégation (PSD)

Les programmes de formation parlementaire (PTP)

  • sont organisés pour les membres et le personnel des parlements partenaires ;
  • familiarisent les participants avec l'Assemblée et l'OTAN ;
  • sont principalement axés sur le rôle des parlementaires dans le contrôle démocratique des forces armées ;
  • sont adaptés aux exigences et aux intérêts de chaque parlement ;
  • sont organisés deux à trois fois par an.

Le programme d'information sur l'OTAN (NOP)

  • est ouvert aux parlementaires de toutes les délégations membres et non-membres fraîchement entrés en fonction, qui s’occupent pour la première fois de questions internationales, comme les nouveaux membres des commissions des affaires étrangères, de la sécurité et de la défense.
  • se tient à Bruxelles une fois tous les deux ans.
  • vise à fournir une vision approfondie des processus et politiques de l’OTAN et et de l’AP-OTAN, ainsi que de l’évolution des relations que l’Alliance entretient avec ses nombreux partenaires.
  • sert de forum privilégié permettant aux parlementaires d'établir des contacts.

En plus de contribuer à servir de trait d’union entre l’OTAN et les parlementaires, le NOP veille à ce que les participants – qu’ils soient ou non favorables à l’OTAN – soient informés à bon escient sur celle-ci.
Enfin, le programme confère un avantage intangible mais néanmoins réel, à savoir l’établissement de contacts entre parlementaires. Grâce au NOP, les législateurs rencontrent leurs homologues des pays limitrophes et au-delà. Lorsque les relations entre les pays concernés sont tendues, le programme peut représenter une rare occasion de (re)nouer des contacts.
Grâce à ce programme, l’AP OTAN établit un dialogue avec ceux qui formuleront les politiques pour les prochaines décennies et ce faisant accomplit l’une de ses missions essentielles : tenir les membres informés des questions touchant à l’OTAN, afin qu’ils puissent exercer un contrôle parlementaire des plus efficaces.

Le programme pour les nouvelles délégations (PND)

  • est organisé pour les nouvelles délégations des pays de l'OTAN à l'AP-OTAN.
  • familiarise les nouveaux membres avec le rôle et les activités de l'AP-OTAN et leur présente l'agenda politique actuel de l'OTAN, les opérations militaires en cours et les politiques de défense.
  • peut être organisé à la demande pour des délégations individuelles.

Le programme pour les secrétaires de délégation (PSD)

  • familiarise les nouveaux secrétaires des délégations avec le rôle, l'ordre du jour et les rapports parlementaires de l'AP-OTAN, ainsi qu'avec tous les aspects logistiques liés aux travaux de l'Assemblée.
  • précise le rôle du secrétaire de délégation, comment organiser une réunion de l'AP OTAN et comment les délégations peuvent contribuer à la rédaction des rapports et des résolutions.
  • aide à établir des contacts directs avec le personnel de l'AP-OTAN et avec les autres secrétaires de délégation.

Voici donc un bref aperçu des principaux programmes de formation proposés par l'Assemblée. Il existe de nombreux autres programmes de formation ouverts aux secrétaires et aux parlementaires des délégations, ainsi qu'à d’autres membres du personnel parlementaire. Un personnel avisé et compétent représente un atout considérable pour assister les parlementaires dans leur rôle. De même, il est primordial que les parlementaires obtiennent par eux-mêmes toutes les connaissances et l'expérience professionnelle requises pour pouvoir exercer efficacement leurs fonctions de contrôle et prendre toute décision en connaissance de cause, d’où la grande pertinence de ces programmes.