2023 - RAPPORT - NAVIGUER EN EAUX TROUBLES : LES INCIDENCES DE LA GUERRE RUSSE EN UKRAINE SUR LA SÉCURITÉ EN MER NOIRE

Lord Mark LANCASTER (Royaume-Uni)

07 octobre 2023

La région de la mer Noire constitue une ligne de faille stratégique entre la Russie et l’alliance formée par les pays de l’OTAN. À l’exception de la Türkiye, cette région a pris pied dans l’après guerre froide dans un climat de profonde incertitude quant à l’orientation stratégique potentielle de ses États riverains. Cette fracture est-ouest a entraîné une succession de conflits qui ont culminé avec l’invasion tous azimuts de l’Ukraine le 24 février 2022. La guerre menée par la Russie contre l’Ukraine est rapidement devenue le conflit le plus violent et le plus lourd de conséquences jamais connu depuis la seconde guerre mondiale.

Cette invasion massive par la Russie en 2022 n’est pas sans rappeler le précédent de 2014, lorsque la Russie s’était emparé par la force militaire d’une partie du territoire souverain de l’Ukraine. L’annexion illégale de la péninsule de Crimée avait alors permis à la flotte russe en mer Noire d’étrangler virtuellement l’ensemble de la région. Après 2014 et en dépit du défi croissant qui se profilait au sud-est, l’OTAN avait maintenu, sur son flanc est, une posture de défense et de dissuasion visant essentiellement à pallier les vulnérabilités constatées dans la région de la mer Baltique. Ce décalage tenait notamment à l’absence de consensus entre Alliés, et plus particulièrement ceux des pays concernés, littoraux de la mer Noire, sur la meilleure stratégie à adopter considérant les eaux troubles de cette région. L’invasion massive de l’Ukraine par la Russie en 2022 a suffisamment ébranlé les Alliés pour qu’ils reconsidèrent toutefois leur position dans la région de mer Noire. Elle les a en effet amenés, en vue de rassurer les États membres de cette région en y renforçant leur posture de défense et de dissuasion, à lancer nombre de nouvelles initiatives, dont la plus visible a consisté en l’établissement de bataillons multinationaux en Bulgarie et en Roumanie.  

À leur sommet de Vilnius en juillet 2023, les Alliés ont rappelé l’importance stratégique de la région de la mer Noire. Ils se sont engagés à soutenir l’Ukraine dans la durée et ont ébauché une feuille de route pour son adhésion à l’Alliance dans le futur. Ils ont par ailleurs donné l’assurance qu’ils continueraient d’appuyer les réformes et adaptations à opérer dans ces pays partenaires vulnérables que sont la République de Moldova et la Géorgie, au travers d’ensembles de mesures d’assistance individualisées devant les rendre plus robustes et plus résilients sur la voie de l’intégration euro-atlantique.

Cela étant, il ressort clairement de ce rapport qu’il en faudra en faire plus pour consolider la défense et la sécurité alliées de la région, en particulier suite au choix de la Russie, désormais sortie de l’initiative céréalière de la mer Noire, d’intensifier la guerre navale et de multiplier ses attaques contre les installations portuaires ukrainiennes. Ce document encourage donc les Alliés à agir sans délai pour fournir massivement aux forces ukrainiennes les capacités requises pour empêcher la Russie d’établir en mer Noire les défenses fortifiées plus robustes qui lui permettraient de maintenir une pression sur les infrastructures critiques ukrainiennes ; d’entraver la consolidation des territoires reconquis par l’Ukraine ou encore, de menacer les régions méridionales d’une potentielle invasion à l’aide de forces reconstituées. 

Dans cette perspective, le présent texte prône : une stratégie ciblée pour la région de la mer Noire étayée par le plan de défense approuvé par les Alliés à Vilnius ; un renforcement des moyens positionnés à l’avant, notamment des systèmes modernes intégrés de défense aérienne et antimissile ; un renforcement des forces de l’avant dans les domaines aérien, maritime et terrestre, et un soutien nettement accru aux partenaires les plus vulnérables de la région.  
 


Lire aussi

SEE MORE