2024 - SOUTIEN ALLIÉ À L’UKRAINE DANS LE CADRE DE LA GUERRE DÉCLENCHÉE PAR LA RUSSIE

RICK LARSEN (États-Unis) - AVANT-PROJET DE RAPPORT

07 mai 2024

Les chefs militaires et experts occidentaux adressent aujourd’hui de sérieuses mises en garde aux sympathisants de l'Ukraine : si ces derniers ne se mobilisent pas dès à présent pour apporter aux forces ukrainiennes les munitions et les systèmes d'armes dont celles-ci ont besoin, leurs lignes de défense pourraient s'effondrer d'ici l'été. Alors que le conflit russo-ukrainien s’est embourbé au point de se transformer en guerre d’attrition écrasante et particulièrement dévastatrice, l'équilibre des forces est en train d’évoluer rapidement sur les lignes de front.

À l'heure où ces lignes sont écrites, la Russie peut se prévaloir d’un avantage proche de 10 contre 1 en matière de tirs d'artillerie ; elle a réorganisé son industrie de la défense de manière à pouvoir remplacer ses chars, missiles, obus d’artillerie et autres capacités du champ de bataille à des cadences (souvent nettement) supérieures à celles de tous les fournisseurs occidentaux réunis ; elle s'est assurée des livraisons en armement conséquentes en provenance de Corée du Nord et d'Iran ; et elle est en mesure d'envoyer chaque mois 30 000 nouveaux soldats sur les différents fronts. S’il est avéré que la Russie subit des pertes en hommes et en matériels bien plus élevées que celles de l’Ukraine, ses ressources nationales, le contournement des sanctions et le soutien d’acteurs extérieurs lui confèrent une profondeur stratégique qui alimente sa détermination à poursuivre le combat jusqu'à atteindre ses objectifs.

De leur côté, les forces ukrainiennes, soumises à des pressions de tous types, sont confrontées à ce que les experts appellent une « véritable faim d’obus », à l’insuffisance des défenses aériennes qui devraient leur permettre de poursuivre efficacement leur campagne d’interdiction aérienne, et à une chute en flèche du nombre de soldats formés à la tenue des lignes défensives. Pour faire face à la longue lutte qui s’annonce en 2024, l'Ukraine doit satisfaire, dans l’immédiat, à plusieurs priorités essentielles que Michael Kofman, expert de premier plan versé dans ce conflit, a résumées en ces quelques mots : « Kyiv a un besoin urgent d’hommes, de fortifications et de munitions ».

Nonobstant les défis considérables qui se profilent à l’horizon, les Alliés doivent savoir que les variables à long terme sont favorables à l’Ukraine. Ce constat ne tient toutefois la route que si les membres de l’OTAN et leurs partenaires relancent rapidement et significativement leur soutien aux efforts de légitime défense déployés par l’Ukraine face à l’invasion brutale menée la Russie en l’absence de toute provocation. Pour permettre aux forces ukrainiennes de tenir leurs positions et de constituer des forces à même d’inverser la tendance dans leur lutte pour la liberté face aux forces russes, cet avant-projet de rapport recommande aux Alliés de livrer de toute urgence, et en plus grand nombre, des munitions et des systèmes d’armes essentiels pour le champ de bataille, notamment des systèmes modernes de défense aérienne, des systèmes à tir de précision à longue portée, des systèmes d’artillerie et leurs munitions, des véhicules de transport et de combat, des avions F-16 et leurs munitions, ainsi que des munitions pour armes de petit calibre. Il rappelle également qu’il est impératif de renforcer le soutien des Alliés en matière d’entraînement, de soutenir les initiatives de l’OTAN en faveur de l’Ukraine, et de renouer avec les investissements dans les industries de défense alliées.