2020 - LA PANDÉMIE DE COVID-19 ET LA RÉGION MOYEN-ORIENT/ AFRIQUE DU NORD

Philippe FOLLIOT (France)

22 juin 2020

C’est en janvier 2020 que la Covid-19 a fait sa première apparition dans la région MOAN (Moyen-Orient et Afrique du Nord) et, plus précisément, dans les Émirats arabes unis (EAU). Depuis lors, le nombre de cas signalés dans les pays de cette région a augmenté substantiellement. À l’exception de l’Iran, ces pays n’ont pas connu de taux de contamination comparables à ceux de l’Europe ou des États-Unis. Jusqu’ici, leurs problèmes les plus graves sont les effets secondaires des fermetures d’entreprises dues à la pandémie, la baisse brutale des échanges commerciaux, l’effondrement des tarifs énergétiques et celui des secteurs des voyages et du tourisme. La perspective d’une crise sanitaire n’est cependant pas à écarter.

Au début du mois de mars, la menace d’une propagation du virus s’est faite nettement plus sentir et les gouvernements de la région ont commencé à prendre des mesures rigoureuses pour endiguer la maladie : restriction des déplacements – sauf pour le commerce de biens et les établissements scolaires – et fermeture des entreprises, des magasins et des frontières. Les lieux de culte ont également été fermés et plusieurs pays ont invoqué l’état d’urgence pour confiner la population. Dans certains cas, ces mesures ont été vues comme le simple prolongement d’efforts destinés de longue date à limiter les libertés civiles et la liberté de la presse. Un problème supplémentaire s’est posé avec la diffusion de fausses nouvelles. Ainsi, plusieurs gouvernements ont été accusés de minimiser très largement l’étendue de l’épidémie. La pandémie a certes déclenché une crise dans bon nombre des pays les plus pauvres de la région, mais les États du Golfe les plus prospères avaient les moyens, les infrastructures et le savoir-faire requis pour faire face sur le plan de la santé publique et recourir à l’économie numérique afin de satisfaire les besoins en services et en biens de consommation à la hauteur de ces derniers. Cela dit, ils se voient confrontés, eux aussi, à de graves difficultés à plus long terme à la suite de la pandémie. [...]