Au 25e anniversaire de l’accession de la Tchéquie à l’OTAN, les parlementaires célèbrent la force de l’Alliance et soulignent l’importance de consolider son avantage technologique

20 mars 2024

Un quart de siècle après son adhésion à l’OTAN, la République tchèque se revendique comme un membre engagé et solide. À l’approche de son 75e anniversaire et du sommet de Washington, l’Alliance est confrontée en Europe à la crise de sécurité la plus importante depuis la seconde guerre mondiale à la suite de  l’invasion totale de l’Ukraine par la Russie en 2022. En cette période cruciale, l’engagement indéfectible de la République tchèque en faveur des valeurs et des objectifs de l’OTAN illustre toute l’importance de la solidarité collective et de la coopération pour assurer la paix et la sécurité dans la zone euro-atlantique.

Pour marquer cette occasion spéciale en dépit d’un contexte préoccupant, la commission des sciences et des technologies s’est rendue en visite à Prague et Pardubice, profitant ainsi de l’occasion donnée pour mieux s’informer sur la contribution du pays à la sécurité collective de l’OTAN. Cette visite de quatre jours a notamment permis de resserrer les liens de solidarité et de coopération au sein de l’Alliance. Elle a aussi initié un dialogue constructif autour des enjeux de sécurité majeurs de la zone euro atlantique et permis d’explorer des pistes d’amélioration concernant leur prise en charge par l’OTAN.

Cette délégation, conduite par Agnes Vadai (Hongrie), était composée de 16 parlementaires issus de 12 pays membres de l’OTAN. Les membres ont pu s’entretenir avec de nombreux hauts responsables, experts et journalistes tchèques sur des sujets tels que les contributions du pays à l’OTAN, le soutien indéfectible à l’Ukraine ainsi que les moyens de conserver l’avantage sur le plan technologique et de renforcer la résilience démocratique de l’Alliance.

La République tchèque, un membre impliqué dans l’Alliance

Comme l’a souligné Jana Černochová, la ministre tchèque de la défense, dans la stratégie de défense nationale en 2023, l’appartenance à l’OTAN « reste le socle et le cadre de la politique de défense tchèque ». Le pays ne se contente pas de considérer l’Alliance comme le fondement de sa liberté et de sa sécurité, il y contribue activement. « Aujourd’hui plus que jamais, il est essentiel d’assurer la sécurité de nos citoyens. Nous nous engageons à investir 2 % de notre budget national dans nos forces armées. Le fait de renforcer nos capacités de défense illustre notre engagement durable pour la protection de la sécurité de notre pays et le renforcement de la sécurité de nos alliés », a ainsi déclaré la présidente de la Chambre des députés, Markéta Pekarová Adamová, aux membres de la délégation.

La République tchèque est impliquée dans plusieurs initiatives visant à renforcer sa propre sécurité, comme celle de la zone euro-atlantique. Dans le cadre des efforts de modernisation de son armée, le pays a conclu un accord prévoyant l’achat de 24 avions de combat F-35. La Tchéquie joue également un rôle important dans la présence avancée rehaussée de l’OTAN ; elle est à la tête d’un groupement tactique basé en Slovaquie et contribue à plusieurs groupements tactiques stationnés en Lettonie et en Lituanie. Elle a également déployé plusieurs chasseurs Gripen en Lituanie dans le cadre de la mission de défense aérienne en alerte de réaction rapide de l’OTAN. Enfin, la République tchèque participe à la mission KFOR au Kosovo et à la mission de formation de l’Alliance en Iraq.
À l’occasion de leur visite du centre d’entraînement au pilotage de Pardubice, les parlementaires ont obtenu plus d’informations pratiques sur la contribution de la République tchèque à l’Alliance. Ce centre, l’un des deux premiers campus d’entraînement associés à l’initiative OTAN d’entraînement au pilotage – Europe, propose des programmes d’entraînement aux pilotes d’hélicoptères et d’aéronefs à voilure fixe ainsi qu’à leurs équipes de maintenance. La délégation a également assisté à un exposé portant sur le Centre satellitaire tchèque pour les renseignements militaires, qui permet de soutenir par l’imagerie satellitaire la prise de décision dans les secteurs militaire comme civil.

La solidarité sans faille avec l’Ukraine face à l’agression russe

La République tchèque joint le geste à la parole et apporte un soutien indéfectible à l’Ukraine. Le pays montre l’exemple en dirigeant une initiative visant à fournir à l’Ukraine des munitions essentielles venues de pays tiers. Son industrie de défense ultramoderne et établie de longue date contribue en outre à fournir à l’Ukraine une partie du matériel nécessaire pour repousser à terme l’agression russe.

Les parlementaires de l’OTAN ont reçu des informations éclairantes sur la capacité et le potentiel de l’industrie de défense tchèque lors de leur visite d’ERA à Pardubice, lieu de production de dispositifs avancés de poursuite passive du spectre électromagnétique comme les systèmes VERA-NG. Les Pays-Bas ont acquis récemment quatre de ces stations radars pour les déployer en Ukraine, permettant ainsi de renforcer considérablement les capacités de cette dernière en matière de surveillance, de défense aérienne et de guerre électronique.

Contribution de la Tchéquie pour conserver, voire renforcer, l’avantage technologique de l’Alliance

Il y a beaucoup d’enseignements à tirer de la guerre de la Russie contre l’Ukraine concernant l’évolution future de la conduite de la guerre. L’OTAN doit être en mesure de s’adapter à ces changements. La visite a permis aux parlementaires de mieux appréhender les dynamiques en œuvre en s’entretenant avec des spécialistes de l’Institut pour la politique et la société, de l’Institut d’études de sécurité de Prague et de l’Association pour les affaires internationales. Ce qui ressort du conflit en cours est la persistance de formes traditionnelles de conduite de la guerre et, en parallèle, une dépendance accrue à l’innovation technologique sur le champ de bataille. La guerre électronique, les cyberattaques et les campagnes de désinformation font désormais partie intégrante des conflits armés contemporains. C’est pourquoi, selon Jan Lipavský, ministre tchèque des affaires étrangères, « le succès de l’OTAN dépend de son unité, de ses principes communs et de sa capacité d’adaptation, notamment en conservant son avantage technologique ».

Et la Tchéquie apporte d’importantes contributions à cet égard. Forte d’une longue tradition d’innovation et d’excellence dans plusieurs secteurs, y compris dans la technologie de défense, le pays contribue largement à préserver la supériorité technologique de l’Alliance. Les parlementaires ont reçu des informations de première main sur les capacités nationales en matière d’innovation  lors de la visite du centre de recherche HiLASE, où est développée une technologie laser de pointe. Comme l’a remarqué Mme Vadai, « la République tchèque est un pôle pour l’innovation, et cette visite est l’occasion de montrer tout le potentiel de la région aux parlementaires de l’OTAN en vue de collaborations futures ».

Le pays prône une collaboration multinationale en matière de recherche et de développement. Jana Havlíková, ministre adjointe de la science, de la recherche et de l’innovation, a ainsi expliqué aux membres de la délégation que c’est à travers « la coopération et le partage des connaissances au-delà des frontières et des disciplines au sein de l’Alliance et avec des partenaires partageant les mêmes valeurs que l’on réalise le plein potentiel de la science ». Le pays contribue donc activement à l’Organisation pour la science et la technologie (STO) de l’OTAN, comme l’a rappelé Pavel Zůna, représentant tchèque auprès du Comité OTAN pour la science et la technologie (STB).

L’expérience tchèque dans le renforcement de la résilience sociétale et démocratique

Les pays membres de l’Alliance sont de plus en plus ciblés par des cyberattaques, des campagnes de désinformation et des tentatives d’ingérence organisées par des acteurs extérieurs malveillants. La République tchèque ne fait pas exception. Pendant la visite, les parlementaires ont écouté les exposés de représentants du renseignement militaire et de l’Agence nationale de la cybersécurité et de la sécurité de l’information (NÚKIB). Ils ont été informés, entre autres, sur les campagnes de désinformation et les menaces cyber venues de Russie, les cyberactivités de la Chine et la méthode mise en place par la République tchèque pour renforcer la cybersécurité et la résilience. 

Le pays a fait le choix d’une approche pangouvernementale et pansociétale pour rendre la société et la démocratie plus résilientes face aux menaces hybrides. « C’est uniquement à travers l’action collective, l’unité, l’adoption d’une approche pansociétale et un engagement sans faille pour nos valeurs démocratiques que nous parviendrons à assurer la sécurité euro atlantique », a déclaré le ministre Lipavský. La présidente de la Chambre des députés, a quant à elle mis l’accent sur l’importance d’ « aider nos populations à mieux reconnaître et mieux comprendre » les menaces qui pèsent sur la sécurité et la démocratie.

La liberté et l’indépendance de la presse sont indispensables pour lutter contre la désinformation et garantir la résilience démocratique. Lors de la visite de Radio Free Europe/Radio Liberty, la délégation a écouté un exposé portant sur la détérioration de la situation en Russie, au Bélarus et dans les territoires ukrainiens occupés par la Russie. Les journalistes ont présenté les difficultés croissantes auxquelles ils sont confrontés sur place et les ramifications d’événements récents, comme la désignation de RFE/RL comme « organisation indésirable » par les autorités russes. Ils ont également expliqué comment certains outils technologiques les aident à contourner les difficultés et à continuer d’exercer leur métier. Les parlementaires de l’OTAN ont salué le courage de ces hommes et femmes qui prennent d’énormes risques pour faire en sorte d’informer le public et de faire respecter le principe de liberté de la presse.


Photos de la visite

© Ministère des affaires étrangères de la République tchèque
© Chambre des députés, parlement de la République tchèque
© NUKIB (National Cyber and Information Security Agency
© LOM Praha

Lire aussi

SEE MORE