Au sommet parlementaire de la Plate-forme de Crimée, le président de l’AP-OTAN souligne la nécessité d’un soutien indéfectible à l’Ukraine

24 octobre 2023

Le président de l’AP-OTAN, Michał Szczerba (Pologne), figurait parmi la quarantaine de présidents et vice-présidents de parlements réunis à Prague, le 24 octobre 2023, pour le deuxième sommet parlementaire de la Plate-forme de Crimée, organisé sous l’égide de Markéta Pekarová Adamová et de Miloš Vystrčil, respectivement présidente de la Chambre des députés et président du Sénat du Parlement de la République tchèque, et de Ruslan Stefantchouk, président de la Verkhovna Rada de la République d’Ukraine. Au cours de son intervention, M. Szczerba a exhorté les participants de continuer à afficher sans faillir un soutien résolu et unanime à l’égard de l’Ukraine, de sa souveraineté, de son intégrité territoriale, de son droit à se défendre et de sa progression sur la voie de l’adhésion à l’OTAN.

« Si nous sommes ici aujourd’hui, c’est pour réaffirmer notre totale solidarité avec l’Ukraine, qui lutte pour sa survie, certes, mais aussi pour nos valeurs », a déclaré d’emblée M. Szczerba. « Nous devons », a-t-il poursuivi, « préserver nos pays du sentiment de lassitude susceptible d’être engendré par un conflit qui se prolonge. L’Ukraine peut compter sur notre indéfectible soutien non seulement pour se défendre, mais pour triompher. » 

M. Szczerba, qui était accompagné d’Audronius Azubalis (Lituanie), coprésident du Conseil interparlementaire OTAN-Ukraine – organe de l’Assemblée chargé des questions de coopération avec la Verkhovna Rada –, a rappelé le refus catégorique opposé par son institution aux revendications territoriales illégales de la Russie : « Nous le répétons ici : jamais nous ne reconnaîtrons les tentatives d’annexion émanant de Moscou. La Crimée appartient à l’Ukraine, tout comme Donetsk, Louhansk, Kherson et Zaporijjia. »

Insistant sur la nécessité d’amplifier les efforts visant à aider l’Ukraine à l’emporter, M. Szczerba a eu ces mots : « Il n’y aura pas d’ordre sécuritaire en Europe ou, du moins, il ne sera pas complet aussi longtemps que l’Ukraine ne fera pas partie de l’OTAN. » 

M. Szczerba a été le rapporteur de deux déclarations spéciales consacrées à l’Ukraine par l’Assemblée en 2022 et 2023 ; il a également été le rapporteur d’une résolution de la commission de l’économie et de la sécurité sur la reconstruction de l’Ukraine

La Plate-forme de Crimée, officiellement fondée au mois d’août 2021, a pour but d’appeler l’attention de la communauté internationale sur l’occupation de la Crimée par la Russie. L’Assemblée avait été l’une des premières organisations à appuyer cette initiative en créant un groupe de soutien à la Plate-forme, et son président de l’époque, Gerald E. Connolly (États-Unis), avait pris la parole lors du sommet parlementaire inaugural de la nouvelle structure, qui s’était tenu à Zagreb en octobre 2022. 

À partir de 2014, l’Assemblée n’a cessé d’intensifier sa coopération avec la Verkhovna Rada et, deux semaines à peine après l’annexion illégale et forcée de la Crimée par Moscou, elle a rompu ses relations avec l’Assemblée fédérale de la Fédération de Russie. Depuis le début de l’invasion totale de l’Ukraine par les troupes russes, le 24 février 2022, elle a redoublé d’efforts en faveur de ce pays, condamnant les hostilités ouvertes par le Kremlin, préconisant des sanctions économiques dommageables à l’encontre de la Russie, réclamant la mise sur pied d’un tribunal spécial chargé de poursuivre les auteurs de crimes d’agression et œuvrant avec les parlementaires ukrainiens au maintien d’un flux constant de matériel militaire et d’assistance humanitaire. Elle a en outre créé un fonds spécifiquement destiné à aider la Verkhovna Rada.


Allocution de Michał Szczerba (Pologne), président de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN, deuxième sommet parlementaire de la Plate-forme de Crimée
Prague (République tchèque), 24 octobre 2023

 

Madame la Présidente de la Chambre des députés,
Monsieur le Président de la Verkhovna Rada de la République d’Ukraine,
Mesdames les présidentes et Messieurs les présidents d’assemblées parlementaires, Mesdames et Messieurs,
 
Si nous sommes ici aujourd’hui, c’est pour réaffirmer notre totale solidarité avec l’Ukraine, qui lutte pour sa survie, certes, mais aussi pour nos valeurs.

Unis, nous agissons afin que la démocratie et l’ordre international fondé sur des règles l’emportent contre l’impérialisme et l’autocratie.

Nous le répétons ici : jamais nous ne reconnaîtrons les tentatives d’annexion émanant de Moscou.

La Crimée appartient à l’Ukraine, tout comme Donetsk, Louhansk, Kherson et Zaporijjia.

Cela fait plus de six cents jours que Poutine a lancé une nouvelle invasion.

Une invasion brutale, déclenchée sans la moindre justification et en l’absence de toute provocation.

L’Assemblée se tient au côté de l’Ukraine depuis le tout premier jour.

Nous parlons franchement et d’une seule voix.

Dès le mois de mai dernier, nous avons estimé qu’en s’attaquant à des infrastructures d’importance vitale et à des centres urbains, la Fédération de Russie se comportait, sous son régime actuel, comme un État terroriste.

Nous dénonçons les crimes commis par la Russie : crimes de guerre, crimes contre l’humanité et actes génocidaires allégués, dont la déportation d’enfants ukrainiens. Nous demandons que le régime russe et ses complices dans l’agression contre l’Ukraine soient tenus de rendre des comptes. Nous préconisons la création d’un tribunal spécial chargé de poursuivre les auteurs des crimes d’agression perpétrés par la Russie.

Par ailleurs, nous devons maintenir la pression sur les autorités russes grâce à des sanctions massives, dommageables et durables et à leur extension.
Nous devons préserver nos pays du sentiment de lassitude susceptible d’être engendré par un conflit qui se prolonge. L’Ukraine peut compter sur notre indéfectible soutien non seulement pour se défendre, mais pour triompher.

Nous devons approuver sans réserve la « Formule de paix » du président Zelensky et réaffirmer ce principe essentiel que « rien ne se fera au sujet de l’Ukraine sans l’Ukraine ».

Dès à présent, nous devons réunir des fonds pour la reconstruction de l’Ukraine. À cet effet, je vous invite, vous et vos parlements, à élaborer un cadre juridique permettant l’utilisation d’avoirs russes gelés.

Enfin, et ce n’est pas le moins important, nous devons indiquer clairement qu’il n’y aura pas d’ordre sécuritaire en Europe ou, du moins, il ne sera pas complet aussi longtemps que l’Ukraine ne fera pas partie de l’OTAN.

C’est la raison pour laquelle l’Assemblée a décidé à sa session annuelle de Copenhague, il y a deux semaines de cela, de consolider le conseil interparlementaire OTAN-Ukraine afin de mieux épauler ce pays sur la voie de son intégration dans l’OTAN.

Chers collègues,
Les défis auxquels nos pays sont confrontés aujourd’hui sont multiples et continuent à prendre de l’ampleur. Mais au moment où nous les relevons, notre soutien à l’Ukraine ne saurait faiblir. Il ne faiblira pas.

Je peux vous assurer que mon pays, la Pologne, a regagné la place qui lui revient. Avec un chiffre historique de 75 %, les Polonais ont confirmé l’importance vitale que revêtait à leurs yeux la résilience démocratique. Nous nous tiendrons au côté de l’Ukraine jusqu’à la victoire. 

Je vous remercie. Slava Oukraïni !

Lire aussi

SEE MORE