À Belgrade, les parlementaires saluent la solidité des relations OTAN-Serbie et appellent au dialogue pour résoudre les difficultés persistantes dans les Balkans occidentaux

18 novembre 2021

➡️ Visionner les débats
➡️ Photos


Bruxelles/Belgrade, 18 novembre 2021 – À l’occasion du quinzième anniversaire de l’adhésion de la Serbie au Partenariat pour la paix de l’OTAN, 43 parlementaires des pays membres et partenaires de l’OTAN ont célébré les grandes réussites d’une relation constructive et mutuellement bénéfique.

La première ministre Ana Brnabic a rappelé aux participants que le partenariat de la Serbie avec l’OTAN a beaucoup évolué depuis 2006. « La Serbie n’aspire pas à devenir membre de l’OTAN ; cependant, elle souhaite augmenter sa coopération avec l’Alliance afin de contribuer au maintien de la paix et de la stabilité dans la région et le reste du monde », a-t-elle ajouté.

Le pays coopère avec l’OTAN dans de nombreux domaines tels que la transformation de la défense, l’interopérabilité militaire, la préparation du secteur civil, la science et la technologie, l’intégrité et la transparence et l’égalité femmes-hommes. Le secrétaire général adjoint de l’OTAN Mircea Geoana a souligné, par vidéo, que « le partenariat durable entre la Serbie et l’OTAN est une bonne chose pour le peuple serbe, pour la stabilité de la région et pour la sécurité transatlantique en général. Ce partenariat est important pour tous ».

Le président de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN, Gerald E. Connolly (États-Unis), a rappelé que la longue relation entre l’Assemblée nationale serbe et l’AP-OTAN avait favorisé une compréhension mutuelle entre les deux parties. Il a ajouté qu’une coopération fondée sur des valeurs était indispensable pour assurer la stabilité et la sécurité des Balkans occidentaux et de la région euro-atlantique. « Avec la pression tenace exercée sur les sociétés démocratiques, au sein de l’Alliance comme en-dehors, nous devons nous engager à nouveau à préserver et à défendre nos institutions démocratiques », a-t-il fait remarquer.

La première ministre et le ministre de la défense Nebojsa Stefanovic ont fait savoir qu’il était indispensable de renforcer la coopération régionale pour assurer le développement économique des pays des Balkans occidentaux. Les initiatives dans ce domaine viennent s’ajouter aux efforts d’intégration européenne et peuvent contribuer à améliorer la qualité de vie des citoyens de la région.

La coopération régionale est elle aussi un facteur important de stabilité et de sécurité dans la région. Les participants ont évoqué plus particulièrement différentes façons d’améliorer le dialogue entre Belgrade et Pristina et de résoudre la crise politique actuelle en Bosnie-Herzégovine. Ils ont convenu qu’il était crucial de résoudre ces différends par le dialogue pour la stabilité des Balkans occidentaux et de la région euro-atlantique.

Nemanja Starovic, secrétaire d’État au ministère des affaires étrangères de la République de Serbie, a souligné que son gouvernement s’était engagé à gérer par le dialogue les difficultés politiques et sécuritaires persistantes de la région. Il a également salué la KFOR pour son rôle dans la stabilité du Kosovo. Gyula Somogyi, ministre plénipotentiaire et conseiller politique en chef du commandant de la KFOR, a renouvelé l’engagement de la KFOR à maintenir « un climat de sécurité pour toutes les communautés au Kosovo ».

Les intervenants et les participants ont reconnu que la Bosnie-Herzégovine était actuellement confrontée à de sérieux défis politiques et ont convenu qu’il était important de rassembler toutes les forces politiques pour faire avancer la Bosnie-Herzégovine sur le chemin de l’intégration européenne et euro-atlantique. En parallèle, le débat a mis en lumière les nombreux obstacles susceptibles d’entraver un potentiel accord entre les acteurs politiques intérieurs sur le chemin à suivre.

Le secrétaire d’État Starovic et le ministre adjoint bosnien aux affaires étrangères Josip Brkic ont mis l’accent sur le fait que tous les pays de la région partagent une vision stratégique commune fondée sur l’intégration à l’Union européenne, et ont admis qu’il fallait poursuivre le processus de réformes engagé pour avancer dans cette direction. De son côté, l’ambassadeur Emmanuele Giaufret, président de la délégation de l’UE pour la République de Serbie, a réaffirmé « l’engagement politique très fort » de l’UE pour le processus d’élargissement, faisant remarquer que « l’Europe est incomplète sans les Balkans occidentaux ».

Lors du séminaire qui s’est tenu sur trois jours du 15 au 17 novembre, des représentants des gouvernements, des diplomates et des experts locaux et internationaux ont également abordé les défis et les opportunités économiques du pays, les efforts d’ingérence et de déstabilisation exercés par des acteurs extérieurs dans la région et les défis liés à la liberté des médias, à la désinformation, à la dégradation environnementale, à la Covid-19 et aux cyberattaques.

Le 101e séminaire Rose-Roth de l’AP-OTAN a été organisé grâce au soutien généreux du gouvernement suisse et du Centre pour la gouvernance du secteur de la sécurité, Genève. Les principaux objectifs des séminaires Rose-Roth sont de promouvoir les échanges et la compréhension mutuelle et d’aider les parlements des pays partenaires à développer des outils pour permettre aux parlements démocratiques de superviser de façon efficace les questions de défense et de sécurité.
 

 

Lire aussi

SEE MORE