Entretien avec Frank Bakke-Jensen, ministre norvégien de la défense

07 juillet 2021

À la suite du sommet de l'OTAN 2021 à Bruxelles, l'AP-OTAN a rencontré des ministres qui ont participé de près à la réunion afin qu’ils puissent partager leurs points de vue sur les aboutissements du sommet. En tant qu'anciens membres de l'AP-OTAN, ils ont également pu aborder la question de savoir comment les parlementaires et l'AP-OTAN peuvent soutenir au mieux la mise en œuvre de l'ambitieux programme de l'OTAN à l'avenir.

Trois questions avec Frank Bakke-Jensen, ministre norvégien de la défense et ancien membre de 
l'AP-OTAN :

Frank Bakke-Jensen a été un membre suppléant actif de la délégation norvégienne au sein de la commission de la défense et de la sécurité de l'AP-OTAN de 2013 à 2016 et s'est adressé à l'Assemblée à plusieurs reprises en tant que ministre de la défense.

1.    Les attentes étaient élevées pour ce sommet, en particulier à la lumière des changements majeurs en cours dans le contexte international de sécurité. Comment jugez-vous le résultat global ? 

Le sommet de l'OTAN de juin a démontré l'importance de l'OTAN comme base de la sécurité transatlantique. Nous apprécions le message clair de Washington sur l'importance du lien transatlantique, ainsi que l'accent mis sur une coopération et une consultation étroites avec les Alliés.
Pour faire face à un contexte de sécurité difficile, il est très positif que les dirigeants aient décidé lors de ce sommet d'entamer les travaux d'actualisation du concept stratégique de l'OTAN. Le concept stratégique est un document essentiel pour l'OTAN, qui définit les priorités pour l'adaptation de l'Alliance à long terme face à un nouveau contexte de sécurité. Le programme d’OTAN 2030 offre une vision et une orientation pour ces travaux.

2.    Quelles étaient les priorités clés de la Norvège, et comment évaluez-vous les décisions prises à cet égard ?

Pour la Norvège, les priorités essentielles sont la poursuite de l'adaptation militaire de l'OTAN et le renforcement de la dimension politique de l'Alliance.

Nous avons accru notre capacité collective à défendre nos membres. Nous avons élaboré des plans de défense améliorés et mis en place une structure de commandement et des forces plus réactives. Toutefois, nous devons poursuivre dans la modernisation et les réformes

Pour l'avenir, il est essentiel de garantir la réactivité. Cela signifie disposer des bonnes forces au bon moment et implique une mise à disposition plus prévisible et plus fiable de forces pour la défense collective ainsi que la reconnaissance de la géographie comme facteur clé. Nous devons assurer un engagement politique continu dans cette tâche.

Le Conseil de l'Atlantique Nord devrait être le principal lieu de consultations politiques sur toutes les questions de sécurité. Notre force, en tant qu'Alliance militaire, repose sur notre unité et notre cohésion politiques.

Une autre priorité pour la Norvège est le Grand Nord. L'activité et la présence des Alliés dans notre région constituent un élément important dans notre posture de dissuasion. Il est important que cette activité soit menée de manière coordonnée afin d'obtenir les effets souhaités et d'éviter une escalade involontaire. Cela exige des consultations et une coopération aux niveaux politique et militaire, tant au sein de l'OTAN que sur le plan bilatéral.

3.    Compte tenu de votre expérience, notamment en tant qu'ancien membre de l'AP-OTAN, comment les parlementaires et l'AP-OTAN peuvent-ils soutenir au mieux la mise en œuvre de l'ambitieux programme adopté lors du sommet ?

Tout d'abord, l'adaptation militaire de l'OTAN doit se poursuivre. Pour y parvenir, l'engagement politique est vital et le soutien de l'AP-OTAN est important dans cet effort. Nous devons financer les ambitions que nous avons approuvées collectivement. Il s'agit notamment d'augmenter le financement commun de l'OTAN et d'assurer un partage équitable de la charge.

Deuxièmement, la révision du concept stratégique offre une excellente occasion de dynamiser davantage le lien transatlantique de l'OTAN. Les parlementaires et l'AP-OTAN peuvent contribuer à cet objectif en rehaussant le profil du concept stratégique auprès des citoyens, et cela en soulignant pourquoi il est important et comment le lien transatlantique reste vital aujourd’hui et pour l'avenir.
 

Lire aussi

SEE MORE