L’AP-OTAN appuie les efforts visant à renforcer la défense de l’Alliance et sa dissuasion

07 octobre 2023

Ce samedi, les législateurs des pays membres de l’OTAN ont donné leur feu vert à tout un ensemble de recommandations politiques visant à étayer les efforts de renforcement des capacités de défense et de dissuasion mis en place par l’Alliance après l’invasion illégale de l’Ukraine par la Russie.

« La guerre lancée par la Russie en Ukraine a servi d’avertissement à l’Alliance. Nous ne pouvons plus nous permettre de sous-investir dans notre sécurité collective et dans la sécurité de nos partenaires », a indiqué à l’Assemblée parlementaire de l’OTAN (AP-OTAN) le député turc Utku Cakirozer.

« En cette période de concurrence stratégique et de remises en question de la part d’ acteurs autoritaires, nos industries de défense ne peuvent plus demeurer fragmentées et non coordonnées », a-t-il fait valoir. « Nous devons travailler ensemble, tant nos gouvernements que nos secteurs privés, pour veiller à ce que l’OTAN dispose des outils dont elle a besoin pour défendre l’Alliance. »

Dans le cadre de sa session annuelle qui se tient à Copenhague, l’AP-OTAN doit adopter des recommandations destinées aux décideurs politiques de l’Alliance, dans des domaines allant de l’appui au nouveau modèle de dissuasion et de défense de l’OTAN au renforcement de nos défenses autour de la mer Noire, en passant par l’exploitation du potentiel militaire de la robotique et des autres technologies nouvelles et le renforcement de la protection des infrastructures maritimes critiques.

« La protection des infrastructures maritimes critiques, comme les câbles sous-marins de communication et d'alimentation électrique, les parcs éoliens offshore, les plateformes de forage ou encore les pipelines, est essentielle pour assurer une circulation ininterrompue des marchandises, de l'énergie et de l'information », indique un projet de résolution adopté par la commission des sciences et des technologies (STC), qui sera présenté lundi lors de la séance plénière de l’Assemblée.

Établi par le parlementaire islandais Njall Trausti Fridbertsson, ce projet de résolution invite instamment les gouvernements des pays membres de l’OTAN à redoubler d’efforts pour protéger les infrastructures maritimes et renforcer la coopération en améliorant nos capacités de renseignement, de surveillance et de reconnaissance, afin de permettre « le suivi des véhicules, la détection des menaces, la communication et la planification stratégique ».

Ministres, hauts responsables de l’OTAN et autres experts ont présenté aux parlementaires des exposés sur l’évolution rapide de la situation en matière de sécurité. 

« L'Alliance est confrontée à des menaces et à des défis d’une gravité inégalée depuis la fin de la guerre froide. Je suis toutefois rassuré par la réaction qu’a suscité la guerre agressive que mène la Russie », a déclaré le ministre danois de la défense, Troels Lund Poulsen à la commission de la défense et de la sécurité (DSC). Nous avons pris des décisions historiques afin de renforcer la posture de dissuasion et de défense collective de l’OTAN… Il ne doit pas y avoir d’ambiguïté : nous sommes prêts et nous avons les moyens de défendre chaque centimètre carré du territoire allié ».

Face à l’urgence consistant à faire en sorte que l’OTAN puisse répondre aux exigences en matière de matériel, tant pour aider l’Ukraine que pour appuyer le cadre de référence pour la dissuasion et la défense de l’Alliance, les législateurs se sont prononcés en faveur des recommandations formulées par M. Cakirozer dans son rapport, qui appellent les gouvernements à accroître leurs dépenses de défense, à relever leurs stocks de munitions, à effectuer un audit de leurs matériels militaires et à renforcer leur coopération transfrontalière en matière de production de défense et d’achats.

« L’aide militaire apportée par les Alliés [à l’Ukraine] a fait resurgir un défi stratégique croissant », indique le rapport adopté par la DSC. « La guerre menée par la Russie en Ukraine nous montre sans équivoque que les membres de l’OTAN doivent absolument reconstruire leurs bases industrielles de défense. »

L’attaque injustifiée que la Russie a lancée contre l’Ukraine souligne, en outre, l’importance stratégique de la mer Noire et appelle une mobilisation accrue de l’OTAN dans cette région, conclut Lord Mark Lancaster (Royaume-Uni) dans son projet de rapport.

Parallèlement au renforcement du soutien accordé à l’Ukraine pour qu’elle puisse développer ses défenses côtières, l’OTAN doit renforcer sa présence navale en mer Noire, doit y améliorer ses moyens de collecte du renseignement, de surveillance et de reconnaissance, y développer des moyens de frappe de précision à longue portée, y améliorer les systèmes de défense côtière et mettre en place de nouvelles défense multicouches, recommande le projet de rapport.

L’OTAN doit également réaliser des investissements pour conserver son avance technologique. La STC a adopté des rapports invitant instamment les Alliés à élaborer des stratégies de recherche, d’investissement et de recours à des matériaux innovants et au procédé de fabrication additive (FA), ou impression 3D, à des fins de défense et de sécurité, et à intensifier la recherche dans le domaine de la robotique et des systèmes autonomes pour en accroître le déploiement au sein des forces armées.

« Le recours à des matériaux innovants constitue un chaînon clé des progrès enregistrés dans le domaine des sciences et des technologies », tandis que « [l]a FA accélère l’intégration des nouvelles technologies », souligne un rapport rédigé par le parlementaire luxembourgeois Sven Clement. « Les systèmes autonomes ou sans équipage prennent déjà de plus en plus d’importance au sein des forces armées à travers le monde », relève un autre rapport, écrit par le législateur allemand Joe Weingarten. « Leur valeur sur le champ de bataille dans le cadre de la guerre menée par la Russie en Ukraine, notamment au travers de la ‟guerre des dronesˮ n’est plus à démontrer. »

Au-delà de la nécessité d’une adaptation de l’Alliance face à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les parlementaires ont également abordé un large éventail de défis, allant des incidences du changement climatique sur la sécurité aux conséquences de la présence de mines terrestres sur l’aide au développement, en passant par le rôle géopolitique de la Chine.

Lire aussi

SEE MORE