L’AP-OTAN invite à formuler une réponse forte face à la « plus grave crise de sécurité » depuis la deuxième guerre mondiale

08 octobre 2023

Ce dimanche, les législateurs des 31 pays membres de l’Alliance ont accordé leur appui sans équivoque aux décisions prises lors du récent sommet des dirigeants alliés visant à renforcer la dissuasion et la défense de l’Organisation contre la menace russe et les nombreux autres défis et menaces auxquels elle est confrontée, au moment où l’espace euro-atlantique doit faire face à « sa plus grave crise de sécurité » depuis la deuxième guerre mondiale.

« Ce sommet a renforcé le lien transatlantique unique qui nous unit et a permis l’adoption d’une série de mesures qui rendront notre Alliance plus forte », a déclaré Lord Hamilton (Royaume-Uni) au cours de la session annuelle de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN qui se tient cette année à Copenhague.

Les membres ont adopté un projet de résolution invitant instamment les dirigeants des pays alliés à appliquer sans tarder les décisions prises au sommet de Vilnius du mois de juillet pour garantir « la capacité de l’OTAN à défendre chaque centimètre carré de son territoire et [lui permettre] de déployer davantage de forces robustes et prêtes au combat sur le flanc est de l’Alliance et de les y maintenir ».

Les pays membres de l’Alliance doivent atteindre l’objectif fixé consistant à consacrer 2 % du PIB aux dépenses de défense ; mobiliser la communauté internationale pour repousser les puissances autoritaires révisionnistes ; et adopter une approche à 360 degrés face aux menaces qui pèsent sur la sécurité et aux défis en présence allant du terrorisme au changement climatique, indique la résolution adoptée par la commission politique de l’Assemblée.

L’appui manifesté en faveur d’un cadre de référence plus ferme en matière de dissuasion et de défense se retrouve dans l’un des deux projets de résolution que la commission de la défense et de la sécurité a approuvés.

Ce texte invite instamment les gouvernements alliés « à mettre en œuvre intégralement et sans tarder le nouveau modèle de forces de l’OTAN, en vue de moderniser la structure de forces de l’OTAN, de poursuivre le renforcement de son flanc est de la Baltique à la mer Noire, de mettre en œuvre ses nouveaux plans régionaux de défense et de permettre aux Alliés de maintenir une approche à 360 degrés en matière de dissuasion et de défense ».

Ces deux projets de résolution devraient être adoptés lors de la séance plénière de l’Assemblée de ce lundi 9 octobre.

Rappelant que « la Fédération de Russie constitue la menace la plus importante et la plus directe pour la paix et la stabilité dans la zone euro-atlantique », les législateurs ont invité instamment les gouvernements des pays membres de l’OTAN à accroître leur appui à l’Ukraine, notamment en y accélérant les livraisons d’armes perfectionnées (missiles à longue portée et avions de chasse en particulier), à alourdir les sanctions à l’encontre de la Russie et à aider l’Ukraine à remplir « dans les meilleurs délais » les conditions de son adhésion.

Le soutien accordé par Pékin à Moscou et l’assertivité que la Chine manifeste dans d’autres domaines de sa politique étrangère montrent que « les Alliés ne doivent pas perdre de vue la menace systémique que cette Chine autoritaire représente à long terme », peut-on lire dans l’un des rapports adoptés par la commission politique.
« Force est de constater que certains Alliés devront consacrer à cette rivalité d’importants moyens et se préparer à toutes les éventualités dans la région indo-pacifique », fait valoir l’auteure de ce rapport, la députée roumaine Ana-Maria Catauta. Selon elle, il est « essentiel que tous les Alliés se montrent solidaires et qu’ils assument leur juste part de responsabilité quant à la sécurité alliée et à l’avenir de l’ordre international, fondé sur des règles. »

Les membres de l’Assemblée ont souligné toute l’importance de renforcer l’Alliance dans les régions de la mer Noire et de la mer Baltique. En mer Baltique spécifiquement, les efforts déployés pour mener à bonne fin l’adhésion de la Suède à l’OTAN doivent être considérés comme « une priorité absolue ».

« L’adhésion imminente de la Suède consolidera le flanc nord-est de l’OTAN en ancrant la coopération régionale entre les Alliés sur toutes les questions de sécurité essentielles », peut-on lire dans le rapport rédigé par le parlementaire néerlandais Jeroen van Wijgaarden.

Dans d’autres recommandations destinées aux gouvernements des pays de l’Alliance, les membres de l’Assemblée rappellent que la désinformation « constitue une menace grave pour la sécurité, la cohésion et le fonctionnement démocratique de l’Alliance ».

Un projet de résolution de la commission sur la démocratie et la sécurité, présenté par le député belge Rodrigue Demeuse, invite instamment les Alliés à adopter un ensemble de mesures de lutte contre la désinformation, parmi lesquelles la création au siège de l’OTAN d’un centre pour la résilience démocratique qui puisse servir de plateforme pour le partage des ressources et l’échange des meilleures pratiques.
 

Lire aussi

SEE MORE