L’AP-OTAN se réunit en ligne pour sa plus grande réunion annuelle: Covid-19, OTAN 2030 et Chine en tête de l’ordre du jour

16 novembre 2020

Les préoccupations de sécurité révélées par la pandémie de coronavirus, l’avenir de l’OTAN et le poids de la Chine sur l’équilibre entre puissances mondiales sont en tête de l’ordre du jour alors que les législateurs des pays membres et partenaires de l’Alliance se rencontrent en ligne cette semaine pour la 66e session annuelle de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, des ministres du gouvernement grec, des hauts fonctionnaires et des experts sur les questions de défense et de sécurité se joindront à de nombreux législateurs lors des discussions du 18 au 23 novembre pour des échanges rendus virtuels par nécessité dans ce contexte de propagation du coronavirus. La session devait initialement se tenir à Athènes, en Grèce.

« Au cours des six prochains jours de notre réunion, nous examinerons nos réponses à la Covid-19 et le rôle important que nos forces armées ont joué dans cette crise », a déclaré Attila Mesterhazy, le président de l’Assemblée. « Nous discuterons également des nombreuses difficultés qui continuent à affecter notre sécurité, et nous contribuerons à façonner une vision pour l’avenir de l’OTAN ».

Le degré d’affirmation militaire de la part de la Russie, la sécurité dans les régions de la mer Noire, des Balkans et du Golfe, l’innovation en matière de défense, les armes hypersoniques, le combat en milieu urbain et la sécurité énergétique feront également l’objet de débats lors de cette 66e session annuelle de l’AP-OTAN, qui conclut une année de consultations - essentiellement en ligne - entre les législateurs alliés.

De nombreuses discussions porteront sur la pandémie, notamment sur l’importance de l’assistance militaire et le maintien des niveaux de dépenses en matière de défense alors même que le virus a des effets dévastateurs sur les économies nationales. En réponse à sa propagation, les Alliés fournissent des équipements médicaux vitaux, coordonnent les vols et luttent contre la désinformation.

Les commissions de l’AP-OTAN débattront d’une série de projets de rapport évaluant les répercussions de la maladie, tandis qu’un projet de résolution qui devrait être adopté lors de la séance plénière appellera les Alliés à tirer des enseignements de cette situation, à analyser les lacunes et à se préparer face à de futures pandémies potentielles.

L’Assemblée adoptera ses recommandations pour le processus de réflexion prospective de Jens Stoltenberg sur l’OTAN à l’horizon 2030 dans une déclaration distincte, présentée par le président Attila Mesterhazy. Ce projet de déclaration encouragera les Alliés à réaffirmer leur engagement envers les valeurs transatlantiques et à aborder toute question susceptible de créer une mésentente. Il les exhortera à se réengager à dépenser au moins 2 % de leur PIB au titre de la défense et à évaluer les difficultés immédiates que les ambitions mondiales de la Chine et la coopération entre la Chine et la Russie posent à l’OTAN.

Les effets de l’influence croissante de la Chine constitueront une question centrale pour les participants qui se connecterons en direct depuis tous les pays de l’Alliance, les Alliés étant de plus en plus préoccupés par le développement rapide de l’arsenal militaire du géant asiatique, son rôle croissant dans les cyberattaques, les campagnes de désinformation, et même son activité dans l’espace.

Rédigé par le membre du Congrès américain Gerald E. Connolly, un projet de résolution recommande à cet égard d’adapter le concept stratégique de l’OTAN, qui fixe les priorités, afin de répondre aux préoccupations relatives à la Chine.

Dans son projet de rapport établi pour la session, Gerald E. Connolly indique que « la Chine ne peut plus être ignorée si l’OTAN veut rester un bloc politique, économique, technologique et militaire inégalé, capable de protéger les valeurs de la démocratie libérale ».

D’autres sujets essentiels à l’ordre du jour de la sécurité transatlantique seront abordés tout au long des réunions, notamment le renforcement des partenariats de l’OTAN, en particulier avec l’Union européenne, la mise en œuvre complète du programme « Les femmes, la paix et la sécurité », et l’amélioration de la communication portant sur l’OTAN.

La session de l’AP-OTAN réunit des membres des parlements nationaux des 30 pays alliés ainsi que des pays partenaires, des observateurs et des organisations internationales. L’Assemblée représente un forum essentiel pour l’échange de vues sur les questions de sécurité entre l’Alliance et les parlements membres, ce qui en fait un espace de dialogue important avec les citoyens de la zone euro-atlantique.


Les informations sur la session annuelle sont disponibles ici.
Presse: press@nato-pa.int

Lire aussi

    No related articles