Le Bureau de l'AP-OTAN discute de la contribution de l’Assemblée à OTAN 2030 et prépare la réunion conjointe avec le Conseil de l'Atlantique Nord

26 février 2021

Réuni en amont de la réunion annuelle conjointe de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN avec le Conseil de l'Atlantique Nord, le Bureau de l'Assemblée a passé en revue les priorités et les recommandations des parlements alliés en cette année charnière pour l'adaptation de l'Alliance. 
Alors que l'OTAN prépare sa réunion au sommet des chefs d'État et de gouvernement alliés, les membres du Bureau ont discuté de la contribution de l'Assemblée au processus OTAN 2030. Ils ont réitéré leur appel à l'OTAN d’actualiser son concept stratégique – en tant que guide stratégique directeur de l'Alliance - et de se recentrer sur les valeurs démocratiques fondatrices de l'Alliance.

« L'OTAN se situe dans un tournant critique », a déclaré le président de l'AP-OTAN, Gerald E. Connolly (États-Unis). « Alors que l'OTAN projette son avenir, nous devons veiller à ce que la voix de notre Assemblée soit entendue. » 

Les dirigeants de l'AP-OTAN ont discuté de l'importance de placer les valeurs démocratiques au cœur de l'adaptation future de l'OTAN. Le président a présenté sa recommandation d’établir un centre de l'OTAN pour la résilience démocratique - une recommandation qu'il avait déjà émise pour la première fois à l'occasion du 70e anniversaire de l'OTAN en 2019.

« La démocratie, bien que résiliente, n'en reste pas moins fragile. Elle doit constamment être soutenue et protégée contre toute tentative interne ou externe visant à la saper », selon le président Connolly. « Les valeurs démocratiques sur lesquelles l'OTAN a été fondée et qui l'ont maintenue unie pendant plus de 70 ans représentent la meilleure des ripostes et notre atout le plus puissant face à l'autoritarisme de la Chine et de la Russie ».

Un centre de l'OTAN pour la résilience démocratique pourrait contribuer à démontrer que l'OTAN prend au sérieux la défense de nos modèles démocratiques et l'engagement pris dans le préambule du traité de l'OTAN selon lequel les Alliés « sont déterminés à sauvegarder la liberté, l'héritage commun et la civilisation de leurs peuples, fondés sur les principes de la démocratie, de la liberté individuelle et de l'État de droit ».

Le président Connolly a également expliqué comment il comptait, aux côtés de la délégation des États-Unis auprès de l'AP-OTAN, aider la nouvelle administration américaine à « ouvrir un nouveau chapitre dans les relations transatlantiques et à relancer toutes nos alliances - à commencer par l'OTAN ». 
Le Bureau a également discuté des plus récentes crises politiques, notamment au Belarus, en Géorgie et en Birmanie/Myanmar,  des moyens de préserver l'avance technologique de l'OTAN tout en prévenant les écarts entre Alliés grâce à l'interopérabilité, ainsi que d'autres défis à traiter en priorité. 
Enfin, les membres se sont préparés pour les réunions annuelles conjointes des commission de la semaine suivante, qui se tiennent normalement physiquement à Bruxelles.

Quelque 150 parlementaires participeront au débat sur les priorités actuelles et futures de l'Alliance avec des dirigeants de l'OTAN, des responsables nationaux et des experts renommés. 

Les réunions comprendront la réunion annuelle avec les représentants permanents auprès du Conseil de l'Atlantique Nord sous la présidence conjointe du président Connolly et du secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg. Ces événements ne sont pas publics. Il n'y aura pas de couverture médias.
 

Lire aussi

SEE MORE