Le président de l’AP-OTAN, en visite à la Verkhovna Rada, a rencontré Ruslan Stefanchuk et Volodymyr Zelensky pour réitérer le soutien sans faille de l’Assemblée à l’Ukraine

25 novembre 2023

Michal Szczerba (Pologne), président de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN (AP-OTAN), s’est rendu à Kyiv les 24 et 25 novembre derniers où il a pris part, aux côtés du président ukrainien Volodymyr Zelensky, du président de la Verkhovna Rada d’Ukraine, Ruslan Stefanchuk et d’autres présidents de parlements européens, aux commémorations officielles du 90e anniversaire de l’Holodomor. M. Szczerba était accompagné d’Audronius Azubalis (Lituanie), co-président du Conseil interparlementaire Ukraine-OTAN. 

Au fil de ses rencontres avec le président Zelensky, M. Stefanchuk et M. Umerov, le ministre de la défense, il a réaffirmé que l’Assemblée soutenait résolument l’Ukraine et sa progression sur la voie de l’adhésion à l’OTAN. « Deux cent vingt-sept jours nous séparent du sommet de l’OTAN qui se tiendra à Washington. Nous devons mettre cette période à profit pour faire tout ce qui est en notre pouvoir […] et intensifier encore notre plaidoyer en faveur de l’Ukraine », a-t-il souligné.

Dans son allocution au parlement ukrainien, M. Szczerba est revenu sur le sens profond de l’Holodomor, cette Grande Famine imposée par le régime soviétique au cours des années 1932 et 1933, durant laquelle des millions d’Ukrainiens ont péri : « Mon pays, la Pologne, fut parmi les premiers à reconnaître l’Holodomor en tant que génocide. Nombre de pays nous ont rejoints depuis lors, et j’espère que d’autres suivront. […] Car l’Histoire compte. La vérité compte. Et la justice compte ! ».

« Poutine cherche à reproduire aujourd’hui ce que Staline avait déjà tenté, sans succès, d’infliger aux Ukrainiens, et nous ne pouvons pas le laisser atteindre cet objectif », a-t-il poursuivi, avant d’ajouter : « en tant que président de l’AP-OTAN, je veux affirmer clairement que si nous ne mobilisons pas, aujourd’hui, suffisamment de ressources pour permettre à l’Ukraine de vaincre son agresseur, le prix à payer demain par les membres de l’OTAN sera bien plus élevé. […] L’année écoulée nous aura permis de tirer des enseignements quant aux conséquences d’une aide insuffisante et acheminée tardivement ». Le président l’AP-OTAN a donc pressé les gouvernements et les parlements de l’Alliance à « accroître le volume et la cadence de l’assistance militaire apportée ».

Vladimir Poutine, a également rappelé M. Szczerba, « craint plus que tout que l’Ukraine mène son projet démocratique à terme. Ensemble, nous devons faire en sorte que la démocratie reste solide. » 

M. Szczerba a également demandé que la Russie soit tenue responsable de tous ses crimes. « Avec ses attaques contre les infrastructures critiques, l’environnement et les installations nucléaires, l’État russe, tel qu’il se profile sous le régime actuel, affiche un caractère terroriste. Et en ciblant les installations céréalières, ce même régime russe, à l’instar du régime soviétique, utilise la faim en guise d’arme », a-t-il encore souligné.

 « Les crimes de la Russie ne peuvent rester impunis », a-t-il conclu. « Dès le premier jour, nous avons appuyé la création d’un tribunal spécial qui serait chargé de poursuivre le crime d’agression commis par la Russie. Nous dénonçons tous les crimes de guerre, crimes contre l’humanité […] et actes de génocide perpétrés par la Russie – y compris l’abominable déportation d’enfants ukrainiens. »

Quelques heures à peine avant l’ouverture des cérémonies de commémoration de l’Holodomor, la Russie a déclenché, sur Kyiv et l’ensemble du territoire ukrainien, la plus vaste attaque de drones jamais menée depuis le début de son agression.

Au cours de leur visite de deux jours en Ukraine, M. Szczerba et M. Azubalis ont également évoqué les besoins de l’Ukraine en matière d’assistance ainsi que son parcours d’adhésion à l’OTAN avec Oleksandr Korniyenko, premier vice-président de la Verkhovna Rada ; Yehor Cherniev et Roman Hryshchuk, membres de la délégation ukrainienne auprès de l’AP OTAN d’une part; et Oleksandra Ustinova, Serhiy Soboliev et Rostyslav Pavlenko, députés à la Rada d’autre part. Ils ont notamment fait le point sur la progression des réformes en Ukraine avec des experts indépendants parmi lesquels Marcin Walecki, directeur résident du bureau du National Democratic Institute (NDI) en Ukraine et Marcin Buzanski, chercheur principal à la Fondation Casimir Pulaski.


Photos ©Verkhovna Rada

Lire aussi

SEE MORE