Les membres de l’Assemblée font le point sur l’intégration euroatlantique dans les Balkans occidentaux

12 novembre 2020

La vidéo de la réunion se trouve en bas de page


À la veille d’une réunion décisive de l’UE sur l’élargissement, plus de 130 participants des pays alliés et partenaires ont discuté des progrès de l’intégration euroatlantique dans les Balkans occidentaux avec Olivér Várhelyi, commissaire de l’Union européenne à l’élargissement et à la politique de voisinage, et James Appathurai, secrétaire général adjoint délégué pour les affaires politiques et la politique de sécurité. La réunion a été organisée avec le soutien du gouvernement suisse et a également accueilli Philippe Brandt, ambassadeur de Suisse en Belgique et chef de la mission auprès de l’OTAN. 

« Les Balkans occidentaux sont une priorité essentielle pour l’Alliance ainsi que pour l’Assemblée parlementaire de l’OTAN. Parce que la sécurité, la stabilité et l’avenir de la région sont intimement liés aux nôtres », a ouvert Attila Mesterhazy, président de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN (AP-OTAN). 

 « L’année 2020 a été jalonnée d’événements majeurs pour la région », a poursuivi M. Mesterhazy. « Bien sûr, tout n’est pas parfait, et la crise de Covid-19 s’est ajoutée sur la liste des défis existants ». Cependant, « il est clair que les populations des Balkans occidentaux se tournent vers les institutions euroatlantiques pour leur avenir (...) Il est tout aussi clair qu’il est dans notre intérêt, dans l’intérêt commun de l’OTAN et de l’UE, d’ancrer fermement les Balkans occidentaux dans notre communauté euroatlantique de nations et de contribuer à apporter une stabilité et une prospérité durables dans toute la région ». 

 En mars, la République de Macédoine du Nord est devenue le 30e membre de l’OTAN, et les ministres européens des affaires européennes ont également donné leur accord politique à l’ouverture des négociations d’adhésion à l’UE avec la Macédoine du Nord et l’Albanie. L’engagement soutenu des États-Unis et de l’Union européenne a également contribué à relancer le dialogue entre Belgrade et Pristina en juillet. 

Dans son discours d’ouverture, le commissaire Várhelyi a déclaré à l’auditoire que « les Balkans occidentaux étaient une priorité pour l’UE. Nous partageons la même histoire, le même destin, et il est dans notre intérêt stratégique et sécuritaire de rapprocher la région de l’UE ». Le commissaire a poursuivi en notant l’engagement politique, économique et sécuritaire sans faille de l’UE dans la région. Ce soutien, a-t-il déclaré, a été renforcé par l’annonce, en octobre, du plan économique et d’investissement pour les Balkans occidentaux, qui injectera 9 milliards d’euros sous forme de dons dans la région et sera complété par le mécanisme de garantie pour les Balkans occidentaux, qui peut aider à mobiliser des investissements supplémentaires à hauteur de 20 milliards d’euros. 

M. Appathurai s’est fait l’écho de l’affirmation du commissaire selon laquelle les Balkans occidentaux restaient une priorité stratégique pour la communauté euroatlantique et a déclaré que l’OTAN était déterminée à trouver de nouveaux moyens de renforcer son implication avec la région. Il a souligné les avantages de la politique de la porte ouverte de l’OTAN. Outre le renforcement des institutions de défense et l’augmentation des investissements étrangers directs, « l’adhésion offre également une plateforme positive pour répondre aux préoccupations politiques et faire progresser l’héritage de défis politiques et sécuritaires dans la région ». Il a déclaré que l’OTAN poursuivrait sa politique d’engagement pour aider à renforcer les canaux de coopération mutuellement bénéfiques dans la région, en se concentrant en particulier sur la Bosnie-Herzégovine, la Serbie et le Kosovo. 

L’ambassadeur Brandt s’est également adressé aux membres du Parlement. Le gouvernement suisse soutient depuis longtemps les programmes de partenariat de l’AP-OTAN et soutient généreusement les séminaires et webinaires Rose-Roth qui aident les partenaires dans leurs transitions démocratiques, leurs processus de réformes et leurs aspirations euroatlantiques.  

 


 

Lire aussi

SEE MORE