Les parlementaires de l’OTAN appellent à l’unité et à la crédibilité avant le sommet de l’OTAN de juillet

Varsovie, le 28 mai 2018 – Ce lundi, l’Assemblée parlementaire de l’OTAN a demandé aux chefs d’Etat et de gouvernement des pays alliés d’apparaître unis lors de leur sommet de juillet prochain et de montrer que l’Organisation reste crédible face aux menaces que la Russie et le terrorisme font peser sur la sécurité.

Dans une déclaration publiée à l’issue de leur session de printemps, qui se tenait cette année en Pologne, les Parlementaires de l’OTAN ont souligné que l’Alliance apportait « une contribution précieuse et unique en son genre » à la résolution de problèmes de sécurité d’une grande complexité ; ils ont aussi rappelé qu’une attaque dirigée contre un Allié était toujours considérée comme une attaque visant tous les autres.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a pris la parole durant la session pour minimiser les tensions autour du changement climatique, des échanges commerciaux et de l’accord sur le programme nucléaire iranien ; il a indiqué que l’Alliance avait surmonté d’autres divisions dans son existence.

« Il y a des désaccords, et cela n’est pas nouveau. La force de l’OTAN réside dans le fait que nous avons toujours su les gérer sans que la responsabilité première de l’institution en souffre. Nous sommes unis autour de notre mission fondamentale, qui consiste à nous défendre et à nous protéger mutuellement », a dit M. Stoltenberg.

Le président du Conseil des ministres de Pologne, Mateusz Morawiecki, sera à Bruxelles les 11 et 12 juillet pour le sommet de l’OTAN. Il a souhaité que ce dernier mette en lumière l’unité et la solidarité des membres de l’Organisation : « Nous aurons pour tâche de proclamer à la face du monde que les 29 pays de l’OTAN forment une alliance soudée et vouée à la sécurité. »

Les parlementaires de l’OTAN ont instamment invité les dirigeants alliés à conserver vis-à-vis de Moscou une politique à deux axes : d’une part, défense et dissuasion pour faire pièce aux tentatives russes de déstabilisation des Alliés et de leurs voisins et, d’autre part, ouverture à un « dialogue substantiel ».

Pour lutter contre le terrorisme, les participants au sommet de Bruxelles devraient être prêts à convertir la mission de formation de l’OTAN en Iraq en une mission non combattante de formation et de renforcement des capacités qui aiderait les forces armées iraquiennes à empêcher Daech de reprendre pied dans le pays.

Les Parlementaires de l’OTAN ont pressé les dirigeants alliés de satisfaire rapidement aux besoins en effectifs inhérents à l’opération de formation militaire de l’OTAN en Afghanistan et de continuer à apporter leur soutien à la coalition anti-Daech.

Les 29 Alliés ont été incités à tenir leurs engagements en matière de dépenses de défense et à faire en sorte que leurs budgets militaires respectifs représentent 2 % de leur produit intérieur brut d’ici à 2024, un cinquième de ce montant étant consacré à l’acquisition de nouvelles capacités.

« Le partage des charges et le respect des engagements relatifs aux dépenses de défense doivent être des priorités absolues : il s’agit non seulement de veiller à ce que nous ayons les moyens de nous doter des capacités de défense et de dissuasion requises, mais de préserver cette relation vitale que représente le lien transatlantique », a déclaré Paolo Alli dans sa dernière intervention en tant que président de l’Assemblée. Son/sa successeur(e) sera élu lors de la prochaine session, qui aura lieu au Canada en novembre.

Certains pays alliés n’ont pas encore soumis aux autorités de l’OTAN les plans qu’ils comptent suivre pour atteindre l’objectif fixé en ce qui concerne les dépenses de défense. Les participants à la session les ont invités à le faire au plus tôt.

Dans leur déclaration, les parlementaires de l’OTAN ont également pressé l’Organisation de soumettre à la Bosnie-Herzégovine un projet de réforme à appliquer dans la perspective d’une adhésion à l’OTAN, d’une part, et de conforter la Géorgie et l’Ukraine dans leur espoir de rejoindre à leur tour l’Alliance.