Les parlementaires examinent le rôle de la Chine dans l’ordre libéral mondial et tout l’intérêt d’améliorer la pédagogie et la communication à propos de l’OTAN

10 septembre 2020

La vidéo de la réunion se trouve au bas du communiqué de presse


Selon les parlementaires réunis ce mercredi à l’occasion d’une réunion en ligne de la commission sur la dimension civile de la sécurité de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN, les tentatives de la Chine de miner les structures et les principes libéraux de l’ordre mondial menacent les valeurs qui définissent nos démocraties et qui sous-tendent notre Alliance.

Au cours de cette réunion, une trentaine de parlementaires ont débattu des efforts de Pékin visant à rompre l’ordre libéral existant et à altérer les normes et les institutions mondiales. Le débat a notamment porté sur les initiatives menées par la Chine pour exporter son modèle de gouvernance autoritaire et pour promouvoir ses intérêts dans son voisinage immédiat et au delà.

Les parlementaires n’ont pas manqué d’évoquer le non-respect des droits humains de la part des autorités chinoises, citant tout particulièrement la répression des minorités religieuses et ethniques du pays, la volonté d’étouffer les aspirations démocratiques de Hong Kong et le développement d’un système de surveillance de masse et de censure sur internet. Les membres de la commission ont mis en garde sur le fait que, tandis que l’attention de la plupart des pays du monde est tournée vers la réponse à la pandémie de Covid-19, la Chine exploite l’incertitude mondiale créée par cette crise. Pékin continue d’étendre son régime de surveillance déjà très répressif, défend ses intérêts de façon opportuniste dans son voisinage, diffuse des théories conspirationnistes et pratique la désinformation à l’étranger, y compris en Europe et en Amérique du Nord.

Le parlementaire britannique et rapporteur spécial Lord Jopling, lors de sa présentation de son projet de rapport sur la Chine et l’ordre libéral mondial, a souligné toute la nécessité, pour les États membres de l’OTAN, de réagir collectivement pour contrebalancer l’influence croissante de la Chine sur la définition et la portée de l’ordre mondial. À défaut, l’unité de l’Alliance, sa garantie de sécurité collective et la suprématie des valeurs libérales pourraient s’en trouver affaiblies. Selon lui, « malgré certains différends occasionnels, nos nations devraient parler d’une seule voix pour pointer du doigt les mesures prises par Pékin, à l’échelle nationale ou internationale, qui sont inacceptables et vont à l’encontre des normes libérales mondiales ». Il a toutefois ajouté que « l’Alliance et ses membres devraient s’abstenir de traiter la Chine en paria et engager avec elle un dialogue constructif, en encourageant la compréhension mutuelle et la tolérance ». 

Au cours de cette même réunion, les parlementaires ont discuté de toute la nécessité d’améliorer la pédagogie et la communication à propos de l’OTAN et du rôle majeur que joue l’Alliance dans la sécurité de la zone euro-atlantique. Le parlementaire roumain et auteur du projet de rapport sur cette question, Angel Tilvar, a souligné que « malheureusement, les citoyens des pays membres de l’OTAN sont généralement mal informés au sujet de l’Alliance et de son rôle, ce qui influence, par conséquent, la façon dont ils soutiennent l’OTAN ».

Certains États membres et partenaires ont développé des initiatives innovantes pour mieux informer et faire connaitre l’Alliance auprès des citoyens. Le rapporteur a encouragé les autres États à s’inspirer de telles initiatives et, si possible, à les reproduire dans leur pays.

Il a également déclaré que « dans nombre de pays membres, la mauvaise compréhension du rôle et des objectifs de l’OTAN s’explique, en partie, par la désinformation et la propagande ». L’effet de la désinformation et de la propagande sur la confiance des citoyens à l’égard des autorités et de l’Alliance a été amplifié au cours de la pandémie de Covid-19. Cela s’explique par une sensible augmentation de dissémination d’informations fausses ou nuisibles par divers acteurs mal intentionnés, et en particulier la Russie et la Chine. Le rapporteur souligne qu’« il devient plus essentiel que jamais d’informer et de faire connaitre l’Alliance et le rôle essentiel qu’elle joue dans la réponse à la crise ».

M. Tilvar exhorte ainsi l’OTAN et les Alliés à prendre de nouvelles mesures pour parvenir à toucher un public plus large. Ces mesures pourraient inclure l’augmentation des ressources humaines et financières allouées aux efforts de communication stratégique, une plus grande implication des structures nationales et le renforcement de la coopération avec les organisations de la société civile. Il a également demandé à l’Alliance de multiplier les activités de lutte contre la désinformation et la propagande et de se concentrer sur les jeunes générations, la participation des femmes et les groupes les moins susceptibles d’être intéressés par les questions de défense. Il conclut en déclarant que « ces mesures aideraient l’OTAN à mieux communiquer, à mieux faire valoir son rôle et ses objectifs et elles contribueraient à renouveler le soutien en faveur de l’Alliance, confrontée à des menaces de plus en plus sérieuses et variées ». 


Lire aussi

SEE MORE