L'OTAN doit renforcer la résilience démocratique dans un contexte mondial «d’affrontement des systèmes de valeurs»

14 mai 2021

➡️ Visionner le débat 

Le prochain sommet de l'OTAN devrait renforcer l'engagement de l'Alliance envers les valeurs démocratiques et l'unité transatlantique, alors qu'elle est confrontée à de nouveaux défis de la part des autocrates russes et chinois, a déclaré vendredi le président de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN, Gerald E. Connolly (États-Unis)

« Cette réunion offre une occasion importante de montrer que l'OTAN reste forte et unie face aux défis d'aujourd'hui, en tant qu'Alliance transatlantique de démocraties, liée à notre engagement en faveur de la sécurité collective, » a déclaré le représentant au Congrès américain Connolly. 

Le président Connolly s'est adressé aux législateurs des 30 pays de l'Alliance et de ses partenaires à l'occasion de l'ouverture de la session de printemps de l'Assemblée. Celle-ci aurait dû se tenir à Stockholm, mais a été reprogrammée par visioconférence en raison de la pandémie de Covid-19. 

La Russie et la Chine modernisent leurs arsenaux militaires, ce qui ressemble à un retour aux rivalités entre grandes puissances qui risque de menacer la stabilité stratégique, a averti M. Connolly. Toutefois, le défi passé à l'OTAN va au-delà d'un « concours entre puissances militaires ». 

« Nous nous trouvons également au cœur d'une confrontation sur des valeurs. Les régimes autoritaires de Moscou, de Pékin et d'ailleurs cherchent à promouvoir un modèle de gouvernance alternatif, que nous rejetons » a-t-il déclaré. 

« Notre Alliance détient les ressources et les pratiques non seulement pour faire face à cette nouvelle compétition mondiale sur les systèmes de valeurs, mais aussi pour la remporter. Cela dit, pour persévérer, nous devons renouveler notre engagement envers nos fondements démocratiques – nous devons revigorer la relation transatlantique. Et nous devons démontrer en quoi cette Alliance, forte de plus de 70 ans d’expérience, continue de jouer un rôle essentiel dans la sécurité mondiale. »

Le sommet de l'OTAN prévu pour le 14 juin devrait lancer les préparatifs visant à actualiser le concept stratégique de l'Alliance. Ce processus doit renforcer l'OTAN sur le plan politique en défendant les valeurs démocratiques communes contre les menaces internes et externes, a souligné M. Connolly. 

La création d'un centre pour la résilience démocratique au sein de l'OTAN, comme le propose l'Assemblée, nous permettrait d’envoyer un signal fort, a-t-il insisté. L'engagement en faveur de ces valeurs démocratiques partagées « nous distingue des autres alliances. Sans cela, nous ne serions qu'un autre bloc militaire. La démocratie nous unit. Elle nous rend plus forts et accroit notre sécurité collective. »

Karin Enström, cheffe de la délégation partenaire de la Suède à l'AP-OTAN, a également souligné l'importance des valeurs démocratiques comme rempart contre les menaces pour la sécurité :

« La situation sécuritaire s'est considérablement détériorée, non seulement dans notre voisinage immédiat et en Europe, mais aussi à l’échelle mondiale. Nous assistons à une diversification des menaces qui sont de plus en plus difficiles à identifier, » a-t-elle déclaré. « Pour y faire face, nous avons besoin d'une plus grande coopération internationale, et nous devons nous concentrer sur ce qui nous rassemble : nos valeurs communes. »

Alors que la Suède célèbre 100 ans de démocratie, cet anniversaire « nous donne matière à réflexion et nous rappelle que les valeurs démocratiques de nos sociétés doivent être protégées, » a fait valoir Mme Enström. 

Le comportement agressif de la Russie, qu'il s'agisse des concentrations de troupes menaçantes aux frontières avec l'Ukraine, de l'ingérence au Belarus ou des actions hybrides contre les pays de l'OTAN, appelle une réponse ferme, ont déclaré les participants. Dans le même temps, la Russie occupe toujours illégalement une partie des territoires géorgiens, moldoves et ukrainiens. 

« Face aux provocations continues de la Russie [...], nous devons imposer un prix à payer pour les agissements russes et faire preuve d'unité et de vision commune, » a déclaré le ministre suédois de la défense, Peter Hultqvist.  

Saluant les efforts de l'Assemblée pour maintenir les projecteurs sur l'annexion illégale de la Crimée, le ministre Hultqvist a déclaré : « Je ne saurais trop insister sur ce point : l'intégrité territoriale et la souveraineté des États ne sont pas négociables. »

Les défis posés par l'essor de la Chine à la sécurité et à la démocratie euro-atlantiques ont également été au centre des débats lors de cette séance d'ouverture. 

« Le développement économique de la Chine a apporté des opportunités de coopération, » a déclaré le ministre Hultqvist. « Cependant, dans le même temps, la Chine a utilisé sa puissance militaire et politique accrue de manière préoccupante et en violation du droit international. »

« Nous devons parler d'une seule voix et relever le défi de la montée en puissance de la Chine ensemble, en tant qu'alliance de démocraties, » a souligné le président Connolly. « Nous devons rivaliser pour préserver notre avantage, contrer là où nous le devons et nous engager là où nous le pouvons et où il est dans notre intérêt de le faire. »

Le président Connolly a également exhorté les chefs d'État et de gouvernement de l'OTAN à renouveler l'engagement de l'OTAN en faveur de sa politique de la porte ouverte lors du sommet du mois prochain. 

« Je sais que la Géorgie et l'Ukraine attendent beaucoup de ce sommet. Et je suis certain que les dirigeants des pays alliés reconnaîtront leur engagement et leurs réalisations, » a-t-il déclaré. « En démontrant qu'elles partagent nos valeurs démocratiques et qu'elles contribuent activement à notre sécurité commune, la Géorgie et l'Ukraine finiront par franchir la porte de l'OTAN. »
 


Telecharger les avant-projets de rapports de commission.
Questions presse : press@nato-pa.int