Pour le président de l’AP-OTAN, la prolongation du nouveau Traité START marque un premier pas vers un renouveau en matière de maîtrise des armements

04 février 2021

S’exprimant sur la prolongation du nouveau traité START entre les États-Unis et la Russie, le président de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN, Gerald E. Connolly (États-Unis), a déclaré : 

« L’accord visant à prolonger le nouveau traité START entre les États-Unis et la Russie constitue une avancée positive pour la paix et la sécurité internationales et doit marquer un premier pas vers un renouveau en matière de maîtrise des armements à l’échelle internationale. 

Le maintien de limites vérifiables imposées aux armes nucléaires intercontinentales américaines et russes est primordiale à la stabilité stratégique. Le nouveau traité START vient renforcer la sécurité de l’Alliance, de ses partenaires et, en réalité, celle du monde entier. Il n’y a rien à gagner d’une concurrence débridée dans le domaine du nucléaire.  

Pierre angulaire de la maîtrise des armements, le nouveau traité START renforce la stabilité dans un paysage sécuritaire international de plus en plus complexe. L’accord permettant de prolonger le traité pendant cinq ans va créer l’espace nécessaire à l’établissement d’un dialogue autour des tenants et des aboutissants d’un renforcement de la stabilité stratégique. 

Malgré ce pas en avant, la Russie reste le principal défi immédiat posé à l’Alliance. Sa politique étrangère agressive cherche à saper les intérêts, le consensus et les objectifs des Alliés. Tant que rien ne change, l’Alliance doit avant tout conserver une posture de dissuasion forte et crédible. 

L’Assemblée parlementaire de l’OTAN soutient fermement et de longue date l’existence de cadres en matière de maîtrise des armements aux fins de renforcer la sécurité sur le plan international. Cependant, tout nouvel effort dans ce domaine doit refléter l’évolution des réalités géopolitiques et l’émergence de nouvelles tendances technologiques. Il faut pouvoir vérifier que les parties prenantes respectent leurs engagements tant dans la lettre que dans l’esprit et ce, quel que soit l’accord concerné.  

La prolongation du nouveau traité START doit constituer la première étape d’un renouveau diplomatique en matière de maîtrise des armements. Il faut convaincre la Chine de rejoindre des accords similaires quant à son arsenal nucléaire moderne et grandissant. L’Iran doit à nouveau se conformer au Plan d’action conjoint (Joint Comprehensive Plan of Action, JCPOA), suite à quoi je militerai pleinement pour le retour des États-Unis dans le JCPOA. D’autre part, l’arsenal nucléaire de la Corée du Nord représente une menace sérieuse sur le plan de la sécurité pour l’OTAN et ses partenaires. 

Pour l’ensemble de ces questions, les États membres de l’OTAN doivent travailler de concert dans l’esprit d’une Alliance atlantique redynamisée. L’Assemblée continuera sans crédulité à œuvrer en faveur de la maîtrise des armements dans le cadre de sa double politique de dissuasion et de dialogue. Nous espérons assister aux prémices d’un régime de maîtrise des armements qui soit solide et applicable. » 

Lire aussi

SEE MORE