Préparer le sommet 2024 de l’OTAN à Washington par un soutien continu à l’Ukraine, la transformation de l’OTAN et la défense de nos valeurs démocratiques 

06 décembre 2023

« Notre soutien à l’Ukraine ne doit pas faiblir » a déclaré Michal Szczerba (Pologne) dans un message vidéo diffusé à l’ouverture du 23e Forum parlementaire transatlantique qui s’est tenu à Washington les 4 et 5 décembre derniers.

« Si nous ne parvenons pas à mobiliser aujourd’hui les ressources nécessaires pour aider l’Ukraine à vaincre son agresseur, les pays membres de l’OTAN en paieront le prix fort demain. La Russie doit être vaincue. Nous devons nous tenir aux côtés de l’Ukraine jusqu’à la victoire. »

Cet avis était largement partagé par les législateurs européens, américains et canadiens qui ont participé au 23e Forum parlementaire transatlantique organisé en coopération avec l’Université de défense nationale (NDU) et l’Atlantic Council. Plus d’une centaine de parlementaires issus de 25 pays différents se sont en effet réunis pour échanger, avec des hauts fonctionnaires et des experts américains, sur l’engagement des Alliés aux côtés de l’Ukraine et d’autres priorités affectant la sécurité transatlantique.

Alors que l’hiver s’installe, les participants ont rappelé qu’il était impératif de continuer à soutenir l’Ukraine sur tous les plans, qu’il s’agisse de renouveler et mettre à niveau son arsenal militaire ou de financer la reprise économique et la reconstruction du pays. Les participants ont appris qu’à l’heure où les deux chambres du Congrès des États-Unis étudient de nouvelles mesures en matière de dépenses, le soutien à l’Ukraine jouit d’une solide majorité bipartisane.

À environ 200 jours du sommet de l’OTAN 2024 qui se tiendra à Washington, le président Szczerba a insisté sur la nécessité de prendre des décisions concrètes concernant le processus d’adaptation et de transformation de l’OTAN.

L’Alliance doit, entre autres, « présenter une vision claire de ce que sera l’ordre européen après la victoire de l’Ukraine : l’Ukraine a toute sa place dans l’OTAN. Nous devons redoubler d’efforts pour l’aider à progresser sur la voie de l’adhésion ».

Autre thème central de ces deux jours de réunions : la nécessité de renforcer la posture de dissuasion et de défense de l’OTAN pour se montrer à la hauteur face à toutes les menaces et défis critiques qu’elle rencontre, et notamment la menace que fait peser la Russie sur la sécurité euro-atlantique à long terme. Les participants ont convenu que le processus d’adaptation en profondeur de l’OTAN, engagé lors des sommets de Madrid (2022) et Vilnius (2023), doit désormais être intégralement mené, en particulier pour ce qui concerne les nouveaux plans de défense régionaux de l’OTAN.

Le seuil de dépenses de défense de 2 % du PIB, fixé à l’unanimité par les Alliés au sommet de Vilnius, est considéré comme un moyen essentiel de maintenir et de développer les capacités de l’Alliance à défendre ses membres. Les intervenants américains ont insisté sur le fait que, pour assurer un partage des charges équitable dans la zone euro-atlantique, tous les pays de l’OTAN doivent disposer d’un plan crédible pour atteindre cette cible des 2 %. Ce thème sera central lors du sommet de Washington.

De même, les Alliés doivent développer de toute urgence leur propre base industrielle de défense, lever les obstacles qui se dressent à l’intérieur de leurs frontières et accroître leur production avec pour objectif de pouvoir défendre les pays membres et de fournir à l’Ukraine toute l’assistance militaire nécessaire.

Pour préparer l’avenir, l’Alliance doit absolument redoubler d’efforts pour défendre les valeurs démocratiques communes et protéger l’ordre international fondé sur des règles.

« Chaque jour, de nouvelles preuves attestent des efforts entrepris par la Russie et la Chine pour déstabiliser nos démocraties et nos institutions », a remarqué le président Szczerba. « Continuer comme si de rien n’était et prétendre que défendre la démocratie n’est pas du ressort de l’OTAN est une erreur dangereuse. L’OTAN doit disposer d’un centre pour la résilience démocratique en son siège. »

L’Assemblée défend la création d’un centre pour la résilience démocratique au siège de l’OTAN qui servirait de plateforme d’échange de meilleures pratiques et d’enrichissement mutuel au regard des normes démocratiques et serait disponible à la demande des pays membres, partenaires et candidats à l’OTAN.

Lors de la conférence Ojars Kalnins, Damon Wilson, président et PDG du National Endowment for Democracy (NED), a déclaré qu’élever la résilience démocratique était un défi commun à toute la communauté transatlantique. La conférence Kalnins se tient tous les ans en hommage à l’ancien vice-président de l’AP-OTAN et chef de la délégation lettonne qui, tout au long de sa vie, a incarné tout la vivacité du lien transatlantique.

L’adhésion de la Suède à l’OTAN était elle aussi au centre de certains échanges. Pal Jonson, ministre suédois de la défense, s’est d’ailleurs rendu au Forum pour expliquer pourquoi l’adhésion de la Suède permettrait de rendre l’Alliance d’autant plus forte.

« Cela fait 17 mois que les Alliés ont invité la Suède à rejoindre l’OTAN. Il est temps de finaliser le processus d’adhésion », a souligné M. Szczerba.

À l’approche des élections présidentielle et législatives américaines de 2024, les législateurs canadiens et européens n’ont eu cesse de faire le point sur la qualité des relations transatlantiques avec leurs homologues de la Chambre des représentants. Ces derniers ont insisté sur l’existence d’un engagement politique fort de la part des deux partis envers l’Alliance, le lien transatlantique et le soutien à l’Ukraine.

Parmi les autres sujets abordés à l’occasion du Forum, on peut citer :

-    les conséquences de la guerre menée par le Kremlin contre l’Ukraine sur la situation économique, politique et sociale en Russie, et comment l’accentuation de la pression et des sanctions internationales influencent les calculs du régime ;
-    les enjeux, les menaces et les opportunités émanant de la région indo-pacifique et les stratégies visant à atténuer ou à contrer l’agressivité de la Chine, ses ambitions et le défi systémique qu’elle représente ; et
-    l’évolution des alignements géopolitiques au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, en particulier dans le contexte de la guerre à Gaza, ainsi que les efforts que les Alliés peuvent entreprendre de manière individuelle ou collective pour nouer des partenariats avec des pays de cette région afin de promouvoir la sécurité et la stabilité.

En marge de l’évènement, la direction de l’AP-OTAN s’est entretenue avec les membres du groupe d’experts indépendants mandaté par le Secrétaire général de l’OTAN pour réfléchir aux relations de l’OTAN avec son voisinage méridional.

Les photos de l’évènement sont disponibles sur la page Flickr de l’AP-OTAN.


 


Photos of the Forum © NATOPA


 

Lire aussi

SEE MORE