Déclaration du président de l'AP-OTAN sur l'attribution à la Chine de cyberattaques de grande ampleur

20 juillet 2021

Le président de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN, Gerald E. Connolly (États-Unis), a publié la déclaration suivante, dans laquelle il condamne le rôle joué par Pékin dans une série de cyberopérations récentes, que les gouvernements des pays alliés et de plusieurs pays partenaires ont attribuées hier à la Chine et à des groupes basés en Chine. L'une d’elles a visé le serveur Microsoft Exchange au début de l'année, compromettant des milliers d'ordinateurs et de réseaux dans le monde entier.

« Les Alliés ont franchi une étape majeure dans la dénonciation du comportement irresponsable de la Chine dans le cyberespace et de ses efforts systématiques pour perturber et saper les processus qui sont au cœur de nos démocraties et de nos économies libres. Les cyberattaques menées par les autorités chinoises et d’autres acteurs agissant pour leur compte ont porté atteinte à la sécurité et à l'intégrité de réseaux dans le monde entier et peuvent causer un préjudice considérable à notre sécurité, à nos économies et à nos sociétés démocratiques. J'exhorte la Chine à respecter ses engagements internationaux, à se conformer aux normes internationales reconnues et à cesser de s'engager directement ou indirectement dans ce type de cyberopérations malveillantes et criminelles que je condamne fermement.  

Le temps est venu de révéler à la lumière du jour les activités des États et des autres cyberacteurs qui cherchent à saper nos sociétés démocratiques et nos économies libres en se livrant à des attaques par rançongiciels malveillants, à des vols de données, au cyberespionnage et à d’autres cyberactivités nuisibles. Je me réjouis que le récent sommet de l'OTAN ait réaffirmé la détermination de l'Alliance à pleinement jouer son rôle en matière de dissuasion, de défense et de lutte active contre l'ensemble de ces cybermenaces.

Je me félicite également de la déclaration sans équivoque du sommet de Bruxelles préconisant entre autres aux Alliés d’élaborer une approche commune face aux tentatives de la Chine de saper l'ordre international fondé sur des règles et de promouvoir son modèle autocratique de gouvernement. Pour sa part, l'Assemblée parlementaire de l'OTAN a exhorté l'OTAN à prendre des mesures concrètes pour défendre la démocratie en créant au siège de l'Organisation un centre pour la résilience démocratique chargé de surveiller les menaces qui pèsent sur les démocraties et d'aider les Alliés à renforcer leurs institutions démocratiques, y compris contre les cyberattaques.

Nous nous réjouissons à la perspective d’apporter nos idées pour contribuer au futur concept stratégique de l'OTAN, qui devra à la fois réaffirmer notre attachement aux valeurs démocratiques partagées, qui sont le fondement même de l'OTAN, et prendre en compte les grandes mutations du paysage de sécurité et notamment, l’essor de la Chine. Dans nos relations avec ce pays, nous devons lutter pour préserver notre avantage concurrentiel, faire barrage là où nous le devons et dialoguer là où nous le pouvons et où il est dans notre intérêt de le faire. La décision prise par les Alliés de dénoncer les cyberactivités malveillantes de la Chine peut, espérons-le, ouvrir la voie à un engagement constructif sur les moyens de renforcer la cybersécurité mondiale. »

Lire aussi

SEE MORE