Le président de l'AP-OTAN se réjouit de la reprise de pourparlers indirects sur l'accord nucléaire iranien

07 avril 2021

Le président de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN Gerald E. Connolly (États-Unis) s’est exprimé au sujet de la reprise à Vienne des discussions autour du Plan d’action global commun (PAGC) relatif au programme nucléaire iranien. Ces discussions impliquaient des pourparlers indirects entre l’Iran et les États-Unis :

« Je me réjouis que les discussions à Vienne aient débuté sur les mesures nécessaires pour un retour mutuel au respect du PAGC, de la part de l’Iran comme de la part des États-Unis. Le PAGC avait mis en place un régime de maîtrise des armements solide et contraignant, dont le respect avait été démontré dans le passé. Un retour au respect de cet accord aujourd’hui constitue donc une priorité absolue. 

L’Assemblée soutient une diplomatie lucide et sans candeur autour de la maîtrise des armements, en conjonction avec une capacité de dissuasion forte. La relance des efforts diplomatiques autour du PAGC représente donc un premier pas encourageant. 

Dans le même temps, il reste une multitude de défis sérieux à relever. Notamment, nous devons continuer de faire pression sur la Russie, afin de la reconduire sur la voie du respect de ses obligations internationales. De même, nous devons convaincre la Chine d’adhérer à de nouveaux accords sur le contrôle des armements, compte tenu de son arsenal nucléaire sophistiqué et grandissant. Enfin, la Corée du Nord détient un arsenal nucléaire et un programme de missiles balistiques qui présentent une menace sérieuse pour l’OTAN et ses partenaires. 

Sur toutes ces questions, les membres de l’OTAN doivent travailler main dans la main, dans l’esprit d’une alliance transatlantique revitalisée. »

Lire aussi

SEE MORE