Bosnie-Herzégovine : Le président de l'AP-OTAN appelle à respecter l'intégrité de l'État et à réengager un dialogue politique

13 décembre 2021

À propos des récents développements politiques en Bosnie-Herzégovine, le président de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN (AP-OTAN), Gerald E. Connolly (États-Unis), a publié la déclaration suivante : 

« J'ai suivi avec inquiétude les évolutions récentes en Bosnie-Herzégovine. L'adoption par le parlement de la Republika Srpska, le 10 décembre dernier, d'un ensemble de conclusions appelant à légiférer en faveur d’un retrait des institutions fédérales, en ce compris des forces armées, pour en établir des parallèles au niveau des entités, menace de saper l'ordre constitutionnel actuel et de gravement exacerber les tensions en Bosnie Herzégovine. 

L'AP-OTAN soutient sans la moindre ambiguïté l'intégrité territoriale, la souveraineté, l'unité et l'ordre constitutionnel de la Bosnie-Herzégovine. Les parlementaires des pays alliés se sont déjà déclarés préoccupés à de multiples reprises par le fait que toute tentative de remise en cause des accords de paix de Dayton pourrait mettre en péril les progrès enregistrés ces 26 dernières années et compromettre la paix et la stabilité du pays et de la région au sens large.

Je demande donc instamment à tous les acteurs politiques de la Republika Srpska de s'abstenir de toute nouvelle action unilatérale. J'appelle tous les dirigeants du pays à renouer d'urgence, dans le cadre des institutions de l'État, un dialogue constructif pour résoudre leurs différends et assurer la stabilité et la prospérité de la Bosnie-Herzégovine et ce, dans l'intérêt de tous les citoyens du pays. »


L'AP-OTAN entretient de longue date un dialogue soutenu avec l'Assemblée parlementaire de Bosnie-Herzégovine, devenue membre associé depuis 2007 suite à l’obtention d'un statut d'observateur parlementaire en 2000. La situation complexe en Bosnie-Herzégovine a constitué l'un des thèmes directeurs du dernier séminaire Rose-Roth de l'AP-OTAN, qui s'est tenu à Belgrade en octobre dernier et au cours duquel le vice-ministre des affaires étrangères de Bosnie-Herzégovine, Josip Brkic, est intervenu.

Lire aussi

SEE MORE