À la veille du sommet de Washington, les parlements alliés réaffirment leur attachement indéfectible à l'OTAN

10 juillet 2024

Alors que l'OTAN est entrée dans une nouvelle ère de concurrence stratégique et se frotte à des menaces sans précédent pour la sécurité et à la défense collectives depuis plus d’une génération, les chefs de file des 32 parlements des pays alliés (dont 23 présidents de parlement) et de la Verkhovna Rada (le parlement d'Ukraine), se sont rassemblés aujourd'hui au Congrès des États Unis. Tenu sous l’égide de la délégation américaine auprès de l’AP OTAN, ce sommet parlementaire s'est déroulé en marge du sommet des chefs d'État et de gouvernement de l’OTAN, à Washington D.C. du 9 au 11 juillet 2024, qui marque par ailleurs le 75e anniversaire de l'Organisation.

« Lorsque Vladimir Poutine a envahi l'Ukraine, il pensait qu'il scinderait l'OTAN. Il pensait que nous ne défendrions pas la démocratie et que nous ne resterions pas solidaires. Il ne pensait pas non plus que la Suède et la Finlande rejoindraient l'OTAN. Et que l'OTAN s'élargirait. Et qu’en même temps, nous sommes tous plus déterminés que jamais à respecter notre engagement envers l'OTAN et notre engagement envers l'Ukraine [...]. Et c’est pour nous un grand honneur de pouvoir soutenir les Ukrainiens dans leur lutte en faveur de la démocratie » a indiqué, Michael R. Turner,  membre du Congrès et chef de la délégation américaine auprès de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN, dans son discours d'ouverture.

Réunissant quelque 260 participants, ce rassemblement parlementaire de haut niveau, où étaient représentés tous les pays membres de l'OTAN ainsi que l’Ukraine, a souligné l'importance donnée à la dimension parlementaire de l'Alliance et a mis en lumière les différentes perspectives sur les grandes priorités de l'Alliance, notamment son soutien à l'Ukraine, le renforcement de sa dissuasion et de sa défense et la lutte contre la menace croissante posée par les régimes autoritaires. 

Gerald E. Connolly (États-Unis), président de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN, a déclaré : « Nous avons beaucoup de choses à célébrer et nous avons beaucoup de choses à reconfirmer ». Il a tenu à souligner que la Charte de l'OTAN nous rappelait « qui nous sommes et pourquoi cette Alliance existe toujours 75 ans plus tard. Nous sommes un collectif attaché aux valeurs démocratiques. Ce sont des valeurs partagées ».

« Quand on y pense, il y a 75 ans, l'Europe était à genoux et l'avenir s'annonçait très sombre », a-t-il rappelé. « Cette alliance, pourtant formée dans le chaos et sur des débris tel un phénix renaissant de ses cendres, a créé quelque chose de spectaculaire. Elle a créé une Europe occidentale libre à l'époque, et elle a résisté au défi soviétique. Elle a résisté au temps et fait montre d’endurance [...]. Et nous avons montré au monde un magnifique exemple de ce que la démocratie, la démocratie collective, pouvait faire et continuerait de faire ».

Dans son allocution, Ruslan Stefanchuk, président de la Verkhovna Rada ukrainienne, a fermement condamné les attaques meurtrières de missiles russes ayant notamment ciblé un hôpital pour enfants : « Les Ukrainiens et Kyiv ont montré au monde entier ce que signifiait le mot solidarité. Des centaines de chaînes humaines déblayent actuellement les décombres, en se passant les briques de main en main, pour pouvoir libérer ceux qui ont besoin d'aide, de lumière ou d'air. Brique par brique. Main dans la main. Le trafic routier à Kyiv s’est soudainement trouvé complètement bloqué tellement les gens étaient nombreux à se précipiter pour aller aider les blessés, les enfants [...]. C'est aussi cela la solidarité ».

« Je souhaite vraiment que chacun et chacune d'entre vous, et chacun de nos partenaires, nous nous retrouvions tous dans cette chaîne humaine chaleureuse qui transcende la mort, l'agression et donne de l'espoir. Je souhaite vraiment que toutes les routes menant à l'Ukraine se retrouvent encombrées de systèmes de défense aérienne, d'avions, d'artillerie à longue portée et d'aide humanitaire ».

Au printemps dernier, l'Assemblée avait adopté ses propres recommandations quant aux résultats attendus du sommet de Washington. Les législateurs alliés y exhortent notamment l'Alliance à affirmer qu'elle se tiendra aux côtés de l'Ukraine jusqu'à la victoire et ultérieurement, à proposer des plans visant à renforcer la dissuasion et la défense de l'OTAN et à intensifier le rôle joué par l'Alliance dans la défense des valeurs démocratiques partagées. 

Il est important de noter que l'Assemblée a appelé les Alliés et l'OTAN à créer en son siège un centre pour la résilience démocratique dans 14 de ses résolutions et de nombreux rapports. Ce centre permettrait d’accéder à de nombreuses ressources et favoriserait les échanges quant aux jalons démocratiques à poser entre les membres de l'OTAN, les partenaires et les candidats à l'adhésion. 

Dès demain, Gerald E. Connolly, le président de l’AP-OTAN en exercice, présentera ces recommandations aux chefs d'État et de gouvernement alliés à l’occasion du sommet. Le président de l'Assemblée est traditionnellement invité à prendre la parole lors des sommets de l'OTAN pour présenter le point de vue des législateurs alliés sur les questions clés qui affectent l'Alliance.  

La vidéo complète du sommet parlementaire est disponible ici : 

📷 PHOTOS


Si l’Assemblée est, sur le plan institutionnel, distincte de l’OTAN, elle constitue un trait d’union essentiel entre cette dernière et les parlements de ses pays membres. Elle assure une plus grande transparence des politiques de l’OTAN et permet aux législateurs et aux citoyens de l’Alliance de mieux en percevoir les objectifs et les missions.

Lire aussi

SEE MORE