Les dirigeants alliés doivent adapter l’OTAN au monde de demain, consolider le dispositif de dissuasion et de défense de l’Alliance et continuer à soutenir l’Ukraine

27 mai 2024

Sofia (Bulgarie)  – À leur sommet de Washington, du 9 au 11 juillet prochain, les dirigeants des pays alliés devront réitérer leur attachement sans faille à la garantie de sécurité collective de l’Alliance et indiquer clairement que l’Ukraine est sur la voie de l’accession. Tel est le message envoyé ce lundi par des parlementaires des pays alliés et de leurs partenaires.

Par ailleurs, dans une déclaration adoptée en séance plénière à Sofia à l’occasion de leur session de printemps, les membres de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN ont instamment invité les dirigeants des 32 pays alliés à poursuivre leurs efforts pour allouer, comme ils s’y sont engagés, au moins 2 % de leur PIB à leur budget de la défense et consacrer un cinquième de ce pourcentage à l’acquisition de matériels d’importance majeure.

L’objet de cette déclaration est de « préparer l’OTAN pour les générations futures ».

« Dans 43 jours très exactement, les dirigeants des pays membres de l’OTAN se réuniront à Washington pour un sommet d’une importance capitale », a dit le président de l’AP-OTAN,  Michal Szczerba. « Ils devront faire preuve d’une unité et d’une détermination absolues. Ils devront honorer leurs engagements et faire clairement savoir que l’OTAN est prête à défendre chaque centimètre carré de son territoire. »

Alors que la guerre d’agression déclenchée illégalement contre l’Ukraine par la Russie entre dans sa troisième année, les membres de l’Assemblée ont convenu que les dirigeants alliés devaient se montrer résolus à protéger leur territoire en toutes circonstances en vertu de l’article 5 du traité de Washington, signé il y a de cela 75 ans.

Les membres ont également demandé aux chefs d’État et de gouvernement qui prendront part au sommet de Washington d’« accélérer d’urgence » la livraison du matériel militaire dont l’Ukraine a besoin pour l’emporter et de s’engager à poursuivre cette aide à plus long terme, même après la victoire.
Un an plus tôt, au sommet de Vilnius, les dirigeants alliés avaient affirmé : « Nous serons en mesure d’adresser à l’Ukraine une invitation à rejoindre l’Alliance lorsque les Alliés l’auront décidé et que les conditions seront réunies. »

M. Szczerba a souligné que l’OTAN devait s’engager à « [se] tenir aux côtés de l’Ukraine jusqu’à ce qu’elle remporte la victoire et postérieurement ». Les parlementaires sont convenus que l’OTAN devait élaborer « une stratégie moderne et prendre des mesures à long terme visant à endiguer la menace russe sous toutes ses formes ».

Prenant la parole devant l’Assemblée, le Premier ministre de Bulgarie, Dimitar Glavtchev, a indiqué que son pays « attend[ait] d’importants résultats » du sommet de Washington au sujet, plus spécialement, des dépenses militaires et des investissements dans les capacités de dissuasion et de défense de l’OTAN.

Pour sa part, le secrétaire général de l’Organisation, Jens Stoltenberg, a annoncé que, selon ses prévisions, au moins deux tiers des pays alliés consacreraient 2 % ou plus de leur PIB à leurs dépenses de défense d’ici la fin 2024, alors qu’ils n’étaient que trois dans ce cas en 2014, lorsque la Russie avait donné le coup d’envoi de son agression illégitime dans l’est de l’Ukraine et annexé illégalement la province ukrainienne de Crimée.

L’Assemblée a demandé aux dirigeants alliés de veiller au financement adéquat de la recherche-développement, de manière que l’OTAN soit dûment informée des techniques de pointe en matière de sécurité ; d’autre part, elle les a invités « à prendre des mesures concrètes pour aplanir et éliminer les obstacles qui freinent les investissements et les échanges commerciaux entre les Alliés dans le secteur de la défense ».

Dans leur déclaration, les parlementaires ont pressé les dirigeants alliés de prendre pleinement conscience du danger que les régimes autocratiques représentent pour les démocraties et de traduire dans la réalité l’engagement pris par l’Alliance de défendre les valeurs communes à ses membres en ouvrant au siège de l’OTAN un centre pour la résilience démocratique.

De la même manière, les dirigeants alliés ont été encouragés à doter les nouveaux plans de défense de l’Organisation de ressources suffisantes afin de les rendre exécutables, à porter à un niveau supérieur le « partenariat unique et fondamental » qui associe l’Alliance et l’Union européenne et à renforcer la complémentarité des deux entités.

Pour ce qui est des partenariats mondiaux, les dirigeants alliés ont été exhortés à dynamiser leurs liens avec des partenaires stratégiques du voisinage méridional de l’OTAN, notamment en aidant les partenaires dont la sécurité est menacée et en nouant des relations avec les pays du bassin indo-pacifique.

Enfin, les parlementaires ont demandé que les participants au sommet de Washington reconnaissent le caractère indispensable du rôle et de la contribution de l’Assemblée en tant que chaînon entre les parlements et les populations des pays constituant la plus grande alliance de sécurité qui soit au monde.