Le président de l'AP-OTAN et le secrétaire général de l'OTAN se sont entretenus au sujet de la situation au Belarus

02 septembre 2020

Plus tôt aujourd'hui, le président de l'AP-OTAN, Attila Mesterhazy (Hongrie) s’est entretenu par téléphone avec le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, à propos de la situation politique au Belarus.
« Le secrétaire général Stoltenberg et moi-même avons discuté de la situation au Belarus, que nous suivons tous deux de très près. 

Le peuple du Bélarus - et nul autre - doit se prononcer sur son propre avenir. Il doit pouvoir choisir ses propres dirigeants politiques, de manière libre et sans crainte de violentes représailles. C'est pourquoi je suis particulièrement préoccupé par les violations de droits humains qui se poursuivent au Bélarus. J'invite instamment Minsk à respecter pleinement ses engagements envers la communauté internationale et à respecter tous les droits fondamentaux, y compris la liberté d'expression et le droit de réunion pacifique. 

Je suis fermement convaincu qu'un dialogue ouvert entre tous les acteurs politiques et l'ensemble de la société est la seule voie à suivre pour résoudre les différends politiques nationaux et répondre aux aspirations démocratiques des citoyens bélarusses. 

Malheureusement, l'Alliance atlantique a été dépeinte comme une menace pour la souveraineté, l'intégrité et l'indépendance du pays, ce qui a servi de prétexte pour réprimer des protestations pacifiques. Je condamne cette situation dans les termes les plus fermes. 

Le secrétaire général de l'OTAN a clairement indiqué à de multiples reprises que l'Organisation ne représente en aucun cas une menace pour le Bélarus et ne renforce pas sa présence militaire dans la région. L'OTAN doit constamment rester vigilante et le cas échéant, se tenir prête à protéger et à défendre les citoyens de l'Alliance. Mais elle restera aussi toujours une Alliance strictement défensive ».


L'AP-OTAN organise un webinaire sur la situation au Belarus le 14 septembre prochain.