Préparer l’Alliance aux défis de demain : les dirigeants de l’AP-OTAN discutent de l’initiative OTAN 2030 avec le secrétaire général adjoint de l’OTAN lors d’un événement public du GMF

24 novembre 2020

Le président nouvellement élu de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN, Gerry E. Connolly (États-Unis), et le vice-président Attila Mesterhazy, qui lui a cédé sa place à la présidence, se sont joints à l’ambassadrice Baiba Braze, secrétaire générale adjointe de l’OTAN pour la diplomatie publique, dans une discussion sur le thème OTAN 2030 : l’Alliance d’aujourd’hui se prépare aux défis de demain. L’événement était organisé par le German Marshall Fund des États-Unis (GMF) et modéré par Bruno Lété, membre principal pour la sécurité et la défense du GMF.

L’événement a eu lieu le lendemain de la conclusion de la session annuelle 2020 de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN, au cours de laquelle les membres ont discuté de l’avenir de l’Alliance avec le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, et ont adopté la déclaration OTAN 2030 : une alliance plus unie et plus forte sur la scène mondiale.

 L’OTAN se trouve à un carrefour décisif », a déclaré le président Connolly. « La répartition internationale du pouvoir a fondamentalement changé, et il est grand temps que l’OTAN révise son concept stratégique pour refléter cette évolution », a-t-il préconisé.

Le nouveau concept stratégique doit tenir compte des actions agressives constantes de la Russie et, surtout, de la montée en puissance de la Chine. Auteur d’une résolution sur une stratégie transatlantique vis-à-vis de la Chine, adoptée la veille, le président Connolly a affirmé que « la montée en puissance rapide et implacable de la Chine menaçait de bouleverser le paysage géopolitique du XXIe siècle – non seulement dans le voisinage de la Chine, mais aussi dans le monde entier ».

« Nous devons également renforcer l’Alliance sur le plan interne », a-t-il déclaré. « Le succès de l’OTAN au cours des 70 dernières années n’est pas seulement dû à sa sécurité collective et à ses capacités militaires, mais aussi à ce qui nous nourrit sur le plan interne : les valeurs communes que nous partageons. Aujourd’hui, les valeurs sur lesquelles l’Alliance a été fondée sont remises en question par les ennemis extérieurs de la démocratie et par les partisans intérieurs de l’illibéralisme ».

Le vice-président Mesterhazy s’est également exprimé dans ce sens et a exposé la vision qu’il a présentée dans la déclaration de l’OTAN 2030. « L’OTAN doit renforcer l’unité, la cohésion et la solidarité, s’adapter à un environnement de sécurité en évolution rapide et veiller à ce que l’OTAN joue son rôle dans le soutien de la paix et de la stabilité mondiales », a-t-il souligné.

Il a également abordé l’impact de la crise de Covid-19 et la réponse des Alliés. « Il y a un an, les dirigeants alliés ont décidé de lancer un processus de réflexion sur les moyens de renforcer davantage l’OTAN », a déclaré le vice-président Mesterhazy. « Ils ne savaient pas alors que ce processus coïnciderait avec la crise la plus grave, la plus profonde et la plus large que nos sociétés et nos économies aient connue depuis des décennies ».

« Cette pandémie a également confirmé que nos nations devaient apprendre à mieux faire face à un certain nombre de nouvelles dynamiques et de nouveaux défis », a-t-il ajouté. « La Covid-19 est une affaire de sécurité ».

Au cours de son discours, l’ambassadrice Braze a souligné que l’OTAN devait continuer à s’attaquer aux menaces et défis traditionnels, comme les violations permanentes du droit international par la Russie et les actions agressives en Europe.

Cependant, l’OTAN n’a pas d’autre choix que de faire face aux menaces et défis émergents : des cyberopérations et des opérations hybrides aux effets néfastes du changement climatique ; des technologies révolutionnaires à l’utilisation potentielle de l’espace comme environnement hostile ; et des défis posés à la résilience des sociétés alliées à une Chine qui ne partage pas les valeurs démocratiques libérales qui sous-tendent l’Alliance ainsi qu’aux actions qui sapent l’ordre international fondé sur des règles.

 


Lire aussi

SEE MORE